Le gouvernement bruxellois renforce la transparence des dépenses publiques

Le ministre bruxellois en charge de la Simplification administrative, Bernard Clerfayt (DéFI). ©Kristof Vadino

Le gouvernement bruxellois a marqué jeudi son accord pour standardiser les données en matière de dépenses publiques et les rendre facilement accessibles au grand public.

Selon le ministre en charge de la Simplification administrative, Bernard Clerfayt (DéFI), cette décision pour plus de transparence dans les dépenses publiques bruxelloises s'inscrit dans le droit fil d'une ordonnance adoptée il y a bientôt deux ans par le Parlement bruxellois pour renforcer la transparence des services publics.

Ce texte oblige les administrations bruxelloises à publier des informations sur les subventions publiques octroyées et les marchés publics. Toujours selon Bernard Clerfayt, la plupart des services publics bruxellois remplissent leurs obligations et publient les données sur leur propre site internet. Cependant, cette information se trouve dans un fichier pdf, difficilement exploitable. Une trentaine d'administrations ont publié les informations mais de manière non uniforme, ce qui rend les comparaisons difficiles.

Plus facilement consultable

Afin de corriger ces lacunes, le gouvernement bruxellois a donné instruction aux administrations régionales de publier à nouveau les données de 2018, 2019 et 2020 concernant les subventions et marchés publics, dans un format unique de données et en open data pour être facilement analysées et comparées.

"Je veux rendre public les données sur les dépenses publiques de la manière la plus accessible possible et les soumettre au contrôle de tous."
Bernard Clerfayt
Ministre bruxellois en charge de la Simplification administrative (DéFI)

Ce travail permettra de mettre en ligne, dès le printemps, un véritable cadastre des dépenses en Région bruxelloise. Ce nouvel outil facilitera l'accès aux informations sur les dépenses publiques, renforcera la transparence et la bonne gouvernance, et permettra de visualiser rapidement les éléments-clés des subsides et des marchés publics de la Région.

"Il s'agit d'une étape importante en matière de transparence dans les deniers publics: qui donne combien à qui. Je veux rendre public les données sur les dépenses publiques de la manière la plus accessible possible et les soumettre au contrôle de tous. C'est ce qu'on appelle le contrôle démocratique. Il doit pouvoir s'exercer pleinement", a commenté le ministre bruxellois.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés