Publicité
Publicité

Le Heysel s'apprête à vacciner à tour de bras

Décoration colorée et fausse végétation: les équipes de Brussels Expo ont tenu à aménager les lieux de manière agréable ©Wouter Van Vooren

Après son inauguration de mardi, le plus grand centre de vaccination de Belgique devait ouvrir ses portes ce mercredi au Heysel, mais un couac informatique reporte son ouverture. Doté de 20 boxes, il atteindra à terme une capacité de 112.000 vaccinations par mois.

Sur l'avenue Houba de Strooper, un panneau de Brussels Expo indique la direction à suivre pour ses deux attractions du moment: Dino World, une exposition ludique sur les dinosaures qui fait figure de test pour les prochains grands événements, et le plus grand centre de vaccination du pays officiellement ouvert ce lundi. Dans les deux cas, on entrevoit les prémices d'un retour à une vie plus normale...

Le centre de vaccination du Heysel fermé jusqu’à jeudi

Le centre de vaccination contre le coronavirus inauguré mardi dans le Palais 1 du Brussels Expo n'ouvrira pas ce mercredi. En cause: un problème technique. Invité sur LN24 ce mercredi matin, le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron, a expliqué avoir appris qu’il y avait un couac informatique dans la plateforme interfédérale, qui touche les centres de vaccination qui sont ouverts, à Bruxelles et en Flandre. "Il y a un blocage informatique qui fait que les e-mails, les SMS et les convocations papiers qui auraient dû partir sont restés coincés dans la machine."

Selon les informations d'Alain Maron, un plan b pourrait être activé si ce couac au niveau du fédéral ne fonctionne pas "dans les heures qui viennent". Un point devrait être fait sur la question dans la matinée entre Bruxelles et les autorités fédérales.

Même si le Parc des expositions du Heysel ne vous est pas familier, il est impossible de louper le palais qui accueille le centre de vaccination, car c'est marqué en lettres immenses sur toute la surface du toit. Pour pénétrer sur le site, un contrôle de température s'impose avec un résultat inférieur à 38°. À l'intérieur, on est surpris par la décoration colorée et les (fausses) plantes qui confèrent au lieu une atmosphère sympathique.

"L'année passée à la même heure, c'était le Salon de l'Auto et on avait rassemblé les Dream Cars dans ce palais. Alors cette année-ci, c'est un centre de vaccination, mais on avait quand même envie que les gens qui viennent ici aient une belle expérience."
Emin Luka
Directeur opération chez Brussels Expo

"L'année passée à la même heure, c'était le Salon de l'Auto et on avait rassemblé les Dream Cars dans ce palais. Alors cette année-ci, c'est un centre de vaccination, mais on avait quand même envie que les gens qui viennent ici aient une belle expérience, qu'ils soient bien accueillis et vraiment détendus au moment d'arriver dans le box de vaccination. Ils seront moins stressés quand ils devront revenir pour la seconde dose", explique Emin Luka,  directeur opérationnel de Brussels Expo.

Il fallait prévoir vingt boxes de vaccination et une salle d'observation. Pour le reste, les équipes de Brussels Expo avaient carte blanche de la Cocom sur la manière d'aménager les lieux. Cela donne notamment une file d'attente de toutes les couleurs devant chaque local de vaccination. "Ce sont en fait des doubles boxes avec un accès entre les deux. Ce qui permet à l'aide-soignant de préparer la personne pendant que le vaccinateur vaccine de l'autre côté. Puis, ils inversent leur place, ce qui a été pensé pour avoir un flux important. À pleine capacité, on sera capable de vacciner 3.500 personnes par jour sur ce site", fait valoir Emin Luka.

©Wouter Van Vooren

Ouvertures progressives

Une fois la dose administrée, chaque patient est invité à s'installer sur l'un des 200 sièges installés dans l'espace de détente. En réalité, il s'agit d'une salle d'observation dans laquelle il est recommandé de passer 30 minutes, dans le cas où des effets indésirables se feraient ressentir. "Je trouve cela plutôt rassurant. Dans certains pays, on renvoie directement les gens chez eux. Or, le premier quart d'heure est crucial en cas d'effets secondaires", commente Elissa, 27 ans, qui recevait ce lundi une première dose de vaccin en raison de sa profession impliquant des contacts à risques.

Après l'ouverture du premier point de vaccination Pachéco, c'est la disponibilité du vaccin d'AstraZeneca qui a permis d'ouvrir celui du Heysel. "On est prêt un peu tôt, la capacité ne sera pas pleinement utilisée au début. On prévoit près de 5.000 vaccinations cette semaine alors qu'on atteindra une capacité de 112.000 vaccinations par mois à terme. On ouvre les centres au fur et à mesure de la disponibilité des vaccins. À ce niveau-là, la Belgique est logée à la même enseigne que les autres pays de l'Union européenne", rappelle le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo).

Gare aux faux vaccins

La task force Vaccination met en garde contre la circulation de faux vaccins, "apparemment d'origine russe". Leur sécurité et leur efficacité n'ayant pas été prouvées, il est vivement conseillé de ne pas les acheter en magasin ou en ligne. Les seuls vaccins sûrs et efficaces sont gratuits et administrés dans les centres de vaccination, les hôpitaux ou les maisons de repos et de soins, insiste-t-elle.

©Wouter Van Vooren

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés