Le PAD Midi enterre la tour Victor

©Debby Termonia

Le gouvernement bruxellois a adopté en première lecture un plan d'aménagement directeur (PAD) pour le quartier Midi prévoyant un rééquilibrage des fonctions bureau et logement.

Porte d'entrée internationale dans Bruxelles, la Gare du Midi et les espaces publics qui l'entourent ne sont pas dignes d'une capitale européenne. Bien conscient de la situation, le gouvernement bruxellois planche depuis des années sur la manière de réaménager complètement ce quartier à cheval sur les communes d'Anderlecht, de Saint-Gilles et de Forest. En effet, c'est en 2013 que l'architecte-urbaniste Djamel Klouche avait été mandaté par l'exécutif régional pour développer un schéma directeur reposant sur le concept de gare habitante qui vise à assurer une mixité fonctionnelle dans le quartier en y prévoyant des logements, des équipements collectifs et des espaces publics animés.

"L'incertitude qui pèse sur l'avenir du bureau dans la capitale ne doit pas empêcher un débat public entier et serein sur l'avenir d'un quartier central dont les enjeux sont multiples."
Rudi Vervoort (PS)
Ministre-président bruxellois

Cette vision a été intégrée au plan d'aménagement directeur (PAD) adopté en première lecture par l'équipe de Rudi Vervoort (PS) jeudi dernier, en vue de le soumettre à l'enquête publique. "L'incertitude qui pèse sur l'avenir du bureau dans la capitale ne doit pas empêcher un débat public entier et serein sur l'avenir d'un quartier central dont les enjeux sont multiples", commente le ministre-président dans un communiqué.

Dans le PAD Midi, le concept de gare habitante se traduit notamment dans les superficies accordées aux différentes fonctions. Ainsi, la surface réservée aux bureaux diminue de 438.500 m² à 426.000 m² tandis que celle prévue pour accueillir du logement grimpe de 66.000 m² à 255.000 m². "Des opérations importantes auront lieu dans le quartier: une majorité des surfaces de bureau sera nouvellement créée (58%), dont la moitié pour les besoins propres de la SNCB et Infrabel. Ces nouveaux bureaux sont principalement développés le long du faisceau ferré, ce qui libère la place pour le développement de l’habitat dans les zones les plus propices", peut-on lire dans la note présentée au gouvernement.

Mais comme la bulle de bureaux vides grossit à cause de la généralisation du télétravail, l'affectation des surfaces devrait encore changer. Le ministre-président a ainsi déjà précisé qu'il ne souhaite pas d'une tour de 56.000 m² de bureaux sur l'îlot Tintin comme envisagé dans le PAD. Sur base des recommandations émises par le rapport d'incidences environnementales (RIE), la densité de l'îlot Tintin sera revue à la baisse, assure Rudi Vervoort. Porté par un partenariat entre Atenor et BPI Real Estate Belgium, le projet de la tour Victor qui devait y voir le jour devient Move'Hub. "D’un point de vue architectural, qualitatif et économique, on ne pouvait pas postuler une émergence avec moins de 70.000 m² de bureaux à cet endroit. Mais on reste dans une logique de dialogue avec le politique, avec un nouveau projet qui s’inscrit dans le volume actuel", explique le CEO d'Atenor Stéphan Sonneville.

Densité renforcée

Ce rééquilibrage des fonctions bureaux et logements s'accompagnera du développement de nouveaux équipements, sur une surface de 50.500 m² contre 7.000 m² seulement à l'heure actuelle.

2,6
hectares
Le PAD prévoit également un parc public d'environ 2,6 hectares autour de la Senne à ciel ouvert au niveau de l’îlot des Deux Gares.

Davantage d'espace sera aussi alloué aux commerces, services et à l'horeca. Les espaces publics autour de la gare seront réaménagés et verdurisés. Pour combler le manque d'espaces verts accessibles au public, le PAD prévoit également un parc public d'environ 2,6 hectares autour de la Senne à ciel ouvert au niveau de l’îlot des Deux Gares.

Il n'empêche que la densité globale projetée pour le quartier augmente par rapport à la situation actuelle, le rapport entre la surface des planchers habitables et la surface du terrain (P/S) passant de 2,7 à 3,67. Or, la densification est souvent à l'origine des critiques émises vis-à-vis des plans d'aménagement directeur. Le cabinet Vervoort affirme qu'un benchmark avec des quartiers de gares similaires tels que Rotterdam, Lyon Part-Dieu ou Londres Saint-Pancras permet de démontrer que ceux-ci présentent une densité du cadre bâti très similaire à celle projetée pour le PAD Midi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés