Le Parlement bruxellois lance un outil de participation citoyenne

Democratie.brussels permettra entre autres de formuler des suggestions de débats entre citoyens tirés au sort et parlementaires. ©BELGAIMAGE

La plateforme démocratie.brussels rend le Parlement plus accessible aux citoyens et leur permet de prendre part à diverses actions au sein de la Région.

Les habitants de la capitale ont désormais à leur disposition une plateforme baptisée democratie.brussels. Le site va leur faciliter l'accès aux processus de participation mis en place par le Parlement bruxellois, à savoir les pétitions et les innovantes commissions délibératives ouvertes à la population.

"Nous constatons qu'il est nécessaire de revivifier la démocratie. Il faut rendre le Parlement plus accessible aux citoyens et impliquer davantage ceux-ci dans le fonctionnement de la démocratie bruxelloise. La plateforme democratie.brussels est un outil qui vient soutenir les nouvelles formules de participation que nous avons mises en place", ont affirmé mercredi le président du Parlement bruxellois Rachid Madrane (PS) et la présidente du parlement francophone bruxellois, Magali Plovie (Ecolo), présentant ce nouvel outil à la presse.

Une invitation au débat

Democratie.brussels permet notamment de formuler une suggestion de débat entre citoyens tirés au sort et parlementaires, au sein d'une commission délibérative. La suggestion citoyenne doit être signée par au moins 1.000 personnes (âgées de 16 ans accomplis et résidant en Région de Bruxelles-Capitale).

Il offre aussi la possibilité de suivre l'évolution d'une suggestion, de s'inscrire lorsque l'on a été sélectionné parmi 10.000 citoyens tirés au sort en vue de l'organisation d'une commission délibérative; de suivre le travail au sein de celle-ci, ou encore de signer une pétition.

Democratie.brussels donne en effet accès aux pétitions dont mille signatures suffisent, depuis l'an dernier, pour avoir le droit d'être entendu par l'instance régionale. Selon Rachid Madrane, cinq pétitions recevables (ou partiellement recevables) sont déjà parvenues, sur des sujets aussi divers que le plan de relance européen, la sécurité des femmes dans l'espace public, l'instauration d'une consigne sur les canettes et bouteilles en PET, l'avenir de la friche Josaphat ou encore l'apiculture en zone Natura 2000.

Les citoyens décident

 Sur la plateforme, les Bruxellois peuvent donc également retrouver tout ce qui concerne les commissions délibératives constituées d'un quart de parlementaires et de trois quarts de citoyens tirés au sort pour traiter d'un sujet spécifique. Celui-ci peut émaner soit des parlementaires, soit des Bruxellois·e·s via une suggestion qui doit avoir récolté cent signatures avant de passer les contrôles de recevabilité des différents Parlements (bruxellois ou francophone bruxellois), et ensuite neuf cents autres avant de pouvoir décider de l'éventuelle mise en place d'une commission délibérative pour traiter de la question.

Lire aussi | Ce qui change en mars pour votre argent

À l'issue de quelques réunions, les membres, majoritairement des citoyens, décident de recommandations qui seront votées et auront une obligation de suivi de la part du Parlement dans les six mois qui suivent la dernière réunion. L'ensemble de ce processus, hormis les délibérations à huis clos, sera accessible sur democratie.brussels.

La première commission délibérative aura lieu entre fin avril et début juin. Elle sera consacrée à la manière dont la population bruxelloise souhaite l'implantation de la 5G et perçoit ses différents enjeux en matière d'environnement, de santé, d'économie, ou d'emploi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés