Le projet Drohme recalé à cause de son parking

©drohme

Aux yeux du Conseil d’État, la construction d’un parking en zone forestière contrevient à deux articles du Pras.

Dans un arrêt rendu le 4 octobre dernier, le Conseil d’État a annulé le permis d’urbanisme octroyé au parc de loisirs Drohme en cours de développement sur le site de l’hippodrome de Boitsfort, ont fait savoir mercredi les riverains à l’origine du recours. Le Conseil d’État estime que plusieurs articles du plan régional d’aménagement du sol (Pras) ne sont pas respectés. L’article 15 relatif aux zones forestières prévoit que seuls les actes et travaux nécessaires à l’affectation de ces zones ou directement complémentaires à leur fonction écologique, économique et sociale, sont autorisés. Tandis que l’article 0.7 du Pras précise que les équipements collectifs, en principe admis dans toutes les zones s’ils sont compatibles avec sa fonction, ne peuvent être qu’un complément usuel des affectations dans les zones vertes.

Ce pôle didactique et familial est soutenu par la majorité bruxelloise.

Dans ce contexte, c’est le parking prévu par Drohme Invest qui pose problème car celui-ci se trouve dans le périmètre de la Forêt de Soignes, considéré dans le Pras comme "zone forestière". Le Conseil d’État estime que ce parking sera destiné principalement aux visiteurs du centre de loisirs et de son restaurant. L’argument de la partie défenderesse selon lequel le futur parking pourra servir de passerelle vers la forêt, renforçant dès lors sa fonction sociale, ne constitue pas une compensation suffisante aux yeux du Conseil d’État.

Dans un communiqué de presse, les riverains à l’origine du recours affirment craindre que la Région bruxelloise prépare un nouveau carrousel de permis pour Drohme. Selon eux, le gouvernement a déjà pris des mesures visant à rendre possible l’octroi rapide d’un nouveau permis. Il s’agit plus précisément d’une décision du 16 mai 2019 visant à modifier le Pras pour que le parking prévu ne se situe plus en zone forestière. "Une telle initiative ne manque pas de surprendre. Cela signifie essentiellement qu’une zone naturelle protégée sera réduite au profit d’un parking privé et polluant", s’indignent les riverains.

Drohme confirmé dans l’accord de majorité

"Nous allons analyser l’arrêt et voir avec toutes les administrations concernées comment prendre position pour éviter des conséquences dommageables sur le projet."
Michel Culot
CEO de Drohme

Reste à savoir quelle sera l’attitude adoptée par le nouvel exécutif régional dans ce dossier. Dans la déclaration de politique générale, on peut lire que le gouvernement poursuivra, sur le site de l’hippodrome de Boitsfort, l’objectif de finaliser le développement d’un pôle didactique et familial, respectueux de son environnement Natura 2000 et de ses riverains, et ouvert à tous les Bruxellois. Le gouvernement s’engage aussi "à réaliser rapidement les investissements nécessaires à l’accessibilité du site au public et à l’amélioration de l’espace public aux abords tout en repositionnant l’autorité publique dans le montage et le pilotage du projet".

Contacté, le cabinet du secrétaire d’État bruxellois en charge de l’urbanisme Pascal Smet (sp.a) indique simplement que la décision du Conseil d’État est en cours d’analyse. Du côté de Drohme Invest, on espère que la Région pressera le pas pour modifier le Pras afin d’éviter toute équivoque à l’avenir. "Nous allons analyser l’arrêt et voir avec toutes les administrations concernées comment prendre position pour éviter des conséquences dommageables sur le projet", déclare Michel Culot, CEO de Drohme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés