Le projet Neo 2 mis sur pause

Neo 2, c'est un centre de conventions et un hôtel 4 étoiles. ©CFE /COFINIMMO/JEAN NOUVEL

Les organisateurs de salons et foires (Batibouw, Salon de l'Auto...) ont demandé au bourgmestre Philippe Close (PS) de rouvrir le débat sur le centre de congrès du Heysel.

Batibouw, Salon de l’Auto, Agribex, Seafood, Labelexpo, Busworld... ces six organisateurs de salons et foires au Heysel remettent en cause la pertinence du projet Neo 2 et, par conséquent, sa rentabilité, révèle Le Soir ce jeudi. 

"Nous tirons la sonnette d'alarme. Il est encore temps d'éviter la gabegie financière et l'aberration économique qui se profilent avec le projet Neo 2", écrivent-ils. "Le projet remonte à 2007. Il repose sur la conception, aujourd’hui largement dépassée, d’un centre de convention unifonctionnel… Il ne correspond plus aux attentes du marché et ne pourra jamais se rentabiliser. S’il est mis en œuvre, il pèsera durablement sur les finances bruxelloises."

Ces six organisateurs estiment qu'il serait plus judicieux d'injecter l'argent public dans le Palais des expositions plutôt que dans le centre de conventions. "D’autant que les infrastructures de Brussels Expo requièrent de manière urgente des adaptations, qu’elles auront d’autant plus de mal à financer si elles sont cannibalisées" par le nouveau site. "Poursuivre Neo 2 aurait immanquablement des conséquences négatives", estiment-ils.

Ce jeudi, un contrat entre Cofinimmo/CFE et la SCRL Neo devait être signé, pour le développement de la deuxième phase de Neo 2. Via ce partenariat public-privé, les deux sociétés doivent financer, construire et entretenir le site qui revient, dans vingt ans, à la Ville de Bruxelles. Ville qui doit payer une redevance annuelle au consortium. Mais sur le montant de cette redevance (18 à 19 millions par an), les administrateurs publics ont calé.

Certains s'interrogent aussi sur les possibilités d'un Palais 12 rénové - à moindres coûts que la construction de Neo 2 - qui offrirait la même capacité pour un centre de congrès.

Les négociations ont donc, pour l'heure, été suspendues avec Cofinimmo. Selon le groupe, son CEO et Philippe Close se sont rencontrés récemment et restent sur la même longueur d'onde, malgré les turbulences du jour, pour finaliser la convention reportée.

Ce mercredi, le conseil d'administration de Neo a décidé de commander une étude de faisabilité économique du centre de convention, dont les premières conclusions sont attendues pour fin juin et les définitives pour septembre. Mettant ainsi le projet sur pause. 

Ajoutez à cela les élections régionales qui se déroulent le 26 mai... l'avenir de ce projet n'a jamais été aussi incertain. En cas de remise en question de la procédure, vu la longueur de celle-ci (près de 5 ans) et le travail réalisé en amont depuis trois ans, les dédommagements à l’encontre des lauréats retenus, Cofinimmo et CFE, ne seraient pas légers pour la SCRL (Ville+Région).

Qu'est-ce que Neo 2?

Neo 2 est le 2e volet du projet Neo. Concrètement, Neo 2 est le futur Centre de convention de la Ville de Bruxelles sur le plateau du Heysel. La construction du "Centre international de conventions" et de l’hôtel annexé (y compris l’exploitation de ce dernier) a été confiée au consortium formé par les sociétés CFE/Cofinimmo/Ateliers Jean Nouvel.

L'enveloppe consacrée à ce projet, qui doit accueillir à terme 5.000 congressistes et les 500 clients de l’hôtel, serait supérieure à 300 millions d'euros, dont la moitié devrait être financée par la Ville et la Région et l'autre moitié rétrocédée aux maîtres d'ouvrage de l'ensemble du projet de réhabilitation. 

Neo 1 est la première phase du méga projet immobilier projet Neo, soit 70.000 m² de logement (590 unités), 70.000 m² de loisirs et 72.000 m² de commerces. Le montant de cette première phase, attribuée au consortium mené par Unibail-Rodamco, s'élève à plus de 800 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect