Les partis présentent leurs recettes pour la croissance

Lors de l'émission Mise au Point de la RTBF consacrée à la relance de la croissance, Laurette Onkelinx (PS) a plaidé pour un grand investissement sur l'emploi et notamment celui des jeunes. La ministre des Affaires sociales s'est par ailleurs déclarée favorable à un soutien accru aux PME. Un principe également défendu par Didier Reynders (MR).

L'arrivée au pouvoir en France du socialiste François Hollande a eu un "impact majeur" sur le débat à propos de la croissance économique, s'est réjouie dimanche la vice-Première ministre Laurette Onkelinx (PS) lors d'un débat télévisé sur la relance économique qui a mis en évidence les différentes sensibilités en présence au sein des partis francophones du gouvernement fédéral ainsi qu'entre patronat et syndicats.

"Il faut un grand investissement sur l'emploi et notamment l'emploi des jeunes", a préconisé Mme Onkelinx lors de l'émission Mise au Point de la RTBF-télévision, en citant le taux de chômage chez les jeunes, qui se situe à 22,4%.

La ministre des Affaires sociales s'est déclarée favorable à un soutien accru aux petites et moyennes entreprises (MPE), créatrices d'emplois.

Un principe également défendu par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR). "Ce qu'il faut faire maintenant, c'est soutenir les PME. Et des mesures de pouvoir d'achat pour les uns, des mesures de réduction de charges pour les autres", a-t-il ajouté, défendant la politique "équilibrée" menée, selon lui, par le gouvernement.

Il a également plaidé pour une accélération de certains grands investissements publics. "En Europe comme en Belgique, je crois que l'on peut accélérer les politiques d'investissement. Les moyens sont là, la Banque européenne d'investissement (BEI) peut agir, financée par la Banque centrale (européenne, la BCE)", a-t-il dit.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés