Les soins d'urgence impactés par la fermeture du Bois de la Cambre, selon les Cliniques de l'Europe

Le plan de circulation qui va être testé dans le Bois de la Cambre entre le 15 septembre et le 15 novembre prévoit de laisser uniquement l'avenue de Diane accessible en double sens aux voitures. ©Photo News

La fermeture du Bois de la Cambre est une entrave physique à l'accès aux soins d'extrême urgence selon les Cliniques de l'Europe, un ensemble hospitalier qui comprend l'hôpital Sainte-Elisabeth à Uccle.

C'est le dossier bruxellois sensible de l'été et le communiqué rédigé par les Cliniques de l'Europe ce mardi ne va rien arranger. Le groupe hospitalier présent sur deux sites dans la Région-Capitale (Uccle et Etterbeek) considère que la fermeture presque totale du Bois de la Cambre est néfaste pour les soins d'urgence. Pour mémoire, seule la boucle nord du Bois est actuellement ouverte à la circulation automobile. Et à partir du 15 septembre, la Ville de Bruxelles testera un plan de circulation laissant uniquement l'avenue de Diane accessible, en double sens, aux voitures.

"La fermeture du Bois pourrait réduire l'espérance de survie d'une partie de la population par la création d'embouteillages gargantuesques."
Communiqué rédigé par les Cliniques de l'Europe

"Envisagée pour des raisons de santé et de bien-être des Bruxellois, la fermeture du Bois pourrait réduire l'espérance de survie d'une partie de la population par la création d'une entrave physique à l'accès aux soins d'extrême urgence et d'embouteillages gargantuesques au milieu desquels les Samu et les véhicules d'urgence intersites seront quasi immobilisés", déclarent ainsi les Cliniques de l'Europe, qui font même intervenir leur personnel médical pour appuyer ces propos.

Les chefs des services neurologie et cardiologie rappellent ainsi que dans le cas d'AVC et d'infarctus, on se trouve dans une course contre la montre où chaque minute compte. Le blocage d'un véhicule d'urgence dans la chaussée de la Hulpe bondée et à l'arrêt peut avoir de lourdes conséquences. "En cas d'infarctus, time is muscle", insiste le chef de service de cardiologie Bernard Deruyter. "Chaque minute perdue avant l'accès à des soins spécialisés augmente non seulement le risque de décès mais réduit aussi la quantité de muscle cardiaque qui pourra être sauvée. Tout retard entraîne un risque accru d'insuffisance cardiaque, réduit le pronostic vital et cela malgré le recours à des traitements lourds."

"Tout retard entraîne un risque accru d'insuffisance cardiaque, réduit le pronostic vital et cela malgré le recours à des traitements lourds."
Bernard Deruyter
Chef de service de cardiologie aux Cliniques de l'Europe

Réunion avec la Ville

Le groupe hospitalier redoute également un allongement des trajets pour les transferts d'urgence entre ses différents sites. Il en va de même pour les patients se rendant aux urgences par leurs propres moyens et pour les femmes enceintes sur le point d'accoucher, ajoutent les Cliniques de l'Europe. "Tant pour les patients que pour les médecins, la mobilité et l'accès rapide à un site hospitalier sont cruciaux", insiste encore Paule Denoël, cheffe de service des urgences.

À la veille d'une réunion prévue entre le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS) et les autres communes concernées (Uccle, Ixelles et Watermael-Boitsfort), les Cliniques de l'Europe se disent ouvertes au dialogue afin de "trouver une solution pertinente pour tous".

L'option Good Move balayée

Les points de vue semblent irréconciliables dans le dossier du Bois de la Cambre, où deux logiques s'affrontent. D'un côté, la Ville de Bruxelles a trouvé dans la crise sanitaire l'élan nécessaire pour piétonniser le Bois. Quoi de plus légitime que de vouloir réserver le plus grand parc de la capitale aux familles, promeneurs et autres joggeurs? Dès la reprise des activités, la solution n'a toutefois plus fait l'unanimité.

Le rêve d'un Central Park bruxellois a rapidement été rattrapé par le principe de réalité. Mal connectés à la capitale en l'absence d'un réseau RER efficace, d'une ligne de métro ou de trams interrégionaux, les navetteurs en provenance de la périphérie sud qui empruntent les 13 tournants depuis Groenendael débouchent en masse dans le Bois de la Cambre. Sa fermeture entraîne des embouteillages dans les chaussées de la Hulpe et de Waterloo.

Raison pour laquelle à Uccle tous les partis présents dans la majorité et l'opposition ont soutenu la motion réclamant une solution visant à soulager le trafic automobile dans le sud de la commune. L'une des options avancées correspond à ce qui est prévu dans le plan régional de mobilité Good Move, à savoir la possibilité pour les automobilistes de rallier l'avenue Franklin Roosevelt depuis la Drève de Lorraine via un morceau de l'avenue de Boitsfort et l'avenue du Brésil. Pour l'heure, le bourgmestre de la Ville n'a pas accepté de tester ce scénario.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés