Les touristes sont restés moins longtemps et ont moins dépensé en 2017 à Bruxelles

©REUTERS

Le nombre des touristes qui passent un séjour de 4 à plus de 10 jours a diminué en 2017. Les frais de séjour des touristes sont passés d’une moyenne de 413 euros en 2016 à 327 euros en 2017.

Comment s’est comporté le secteur de l’hébergement touristique à Bruxelles en 2017? L’année est à peine finie que les acteurs font leurs comptes. D’après le bilan et les analyses de la Fédération Horeca à Bruxelles, les touristes ont modifié leur comportement et une prise de conscience s’impose pour en attirer davantage dans la capitale. "Il faut davantage tenir compte de la capacité d’hébergement dans la capitale. On remarque que les touristes restent moins longtemps et dépensent moins par séjour. La principale raison est la baisse du pouvoir d’achat, ce qui a également un impact sur les dépenses dans les restaurants", commente Eric Catry, vice-président de la Fédération Horeca Bruxelles et directeur de l’hébergement touristique.

"Le changement de comportement des touristes est une conséquence de la baisse du pouvoir d’achat."
eric catry
vice-président horeca bruxelles

D’après les données dont nous avons eu connaissance, le nombre de clients dans les chambres est passé de 1,93 client par chambre en 2016 à 2,02 en 2017 dans l’hôtellerie traditionnelle. Dans les autres formes d’hébergement (appart-hôtels, auberge de jeunesse, Airbnb, etc.), ce chiffre est passé de 2,3 clients par chambre en 2016 à 3,7 clients.

La durée de séjour subit par contre une dégradation. Au total, la Fédération confirme le chiffre des 7 millions de nuitées mais uniquement dans les hôtels. On découvre que le pourcentage des touristes qui passent de 4 à 10 nuits (et plus) par séjour est en diminution (voir infographie).

Les touristes sont de plus en plus regardants au niveau des dépenses. La moyenne des montants qu’ils consacrent à leurs frais de séjour (logement, frais de transport, restaurant, etc.) est passée, d’après les calculs de la Fédération, de 413 euros en 2016 à 327 euros, soit une diminution de 86 euros.

800.000 nuitées Airbnb

©MEDIAFIN

En ce qui concerne le prix moyen des chambres, il est passé de 106 euros en 2016 à 108 euros en 2017. Le revenu par chambre disponible est de 77 euros l’an dernier (66 euros en 2016). Le bilan des dirigeants de la Fédération du secteur horeca semble être plus complet car il tient compte des chiffres des autres secteurs d’hébergement. Il indique que les hôtes inscrits sur la plateforme d’Airbnb ont enregistré environ 800.000 nuitées en 2017 (798.000 nuitées en 2016) pour un total de quelque 2.265 logements actifs. Ces hôtes actifs affichent un taux d’occupation de 73% de leurs biens en 2017, proche des 70,6% des chambres d’hôtels (60,9% en 2016). Environ 81% des touristes débarquant à Bruxelles sont des étrangers contre 19% de Belges.

Dans le top 5, on retrouve les Belges, les Français, les Néerlandais, les Anglais et les Allemands. "Il n’y a donc pas de concurrence entre les hôtels et le secteur de l’hébergement de l’économie collaborative. Par ailleurs, si on tient compte de l’ensemble des logements proposés en location sur le site d’Airbnb (soit 6.716 logements en 2017 contre 6.287 en 2016), on arrive à un taux d’occupation inférieur à 23%", analyse un observateur du secteur de l’hébergement touristique dans la capitale. Il rappelle un phénomène qu’on observe de plus en plus dans le secteur.

Plusieurs hôtels à Bruxelles proposent des chambres à louer sur les sites des acteurs communément identifiés comme des OTA (Online Travel agencies). Ces derniers regroupent notamment des acteurs comme Airbnb, Booking.com, Expedia, HRS, etc. Mais c’est la plateforme Airbnb qui concentrerait la majorité des réservations. Notre observateur note au passage que le bilan communiqué par Visit Brussels pour la Région de Bruxelles-Capitale ne tient pas compte de tous les acteurs du secteur de l’hébergement touristique. Ce bilan ne prendrait en compte que les données de 95 hôtels comprenant 14 établissements en Flandre et 4 en Wallonie.

Perte sèche pour les restos

Ces données proviennent en fait du consultant MKG (aujourd’hui rebaptisé Okala) à Paris. Renseignements pris auprès de la Fédération Horeca Bruxelles, on dénombre 201 hôtels dans la capitale. Ils affichent 17.351 chambres (35.840 lits). "Bruxelles n’est pas saturée, on est loin de la situation de villes comme Berlin, Rome, Copenhague, Amsterdam ou encore Madrid avec leurs 30 millions de nuitées", renchérit la Fédération Horeca Bruxelles. Celle-ci a dénombré dans la capitale 69 appart-hôtels et 18 auberges de jeunesse.

D’après les dirigeants de la Fédération, la baisse des dépenses des touristes a un impact pour les restaurateurs. Ils disent avoir constaté une diminution des dépenses dans les restaurants. Elles sont passées en moyenne de 50 euros à 35 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect