Les voitures polluantes bientôt interdites à Bruxelles?

©BELGA

La ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Frémault souhaite introduire une vignette écologique pour limiter l'accès des voitures polluantes à Bruxelles.

Une vignette écologique ou "écovignette" qui aurait pour but de limiter l'accès des voitures polluantes dans certains quartiers de Bruxelles. Voilà l'idée de la ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Frémault (cdH). Chaque voiture serait équipée d'une vignette dont la couleur dépendrait de son empreinte écologique. En cas de pics de pollution, les voitures les plus polluantes seraient interdites dans la capitale. Ce système existe déjà à Hambourg et Berlin.

Les moteurs diesel sont responsables, selon elle, du dépassement des normes d'émissions d'oxydes d'azote. "Si nous remplacions tous les diesels par des véhicules à essence, nous pourrions réduire de 20% des concentrations en NOx", a-t-elle déclaré dans le journal Le Soir.

Un système social

Ridouane Chahid ©Jonas Roosens

Pour le député PS Ridouane Chahid, l'organisation des contrôles sur le terrain que sous tend la proposition de Mme Fremault pose quelques questions. Il salue le fait que ce dispositif est assorti d'un mécanisme ne pénalisant pas les moins nantis. "La lutte contre la pollution par les véhicules constitue une très bonne initiative, mais il importe de veiller à ce que les plus faibles puissent aussi avoir accès aux véhicules les moins polluants qui sont coûteux", a commenté Ridouane Chahid.

Moins utiliser la voiture

Emmanuel De Bock ©BELGA

Emmanuel De Bock, le chef du groupe FDF au parlement bruxellois, a salué la proposition de Céline Frémault qui va dans le sens de l'instauration du régime de la pastille bleue pour les véhicules les moins polluants défendu depuis des années par Didier Gosuin.

Mais il souhaite que ce dispositif soit envisagé en veillant à ne pas engendrer l'émission massive d'autres polluants"Il faut aussi éviter un bashing du diesel si on ferme les yeux sur les moteurs essences qui consomment plus et présentent d'autres défauts comme l'émission d'hydrocarbures imbrûlés ou de CO2 en grande quantité", a commenté le député FDF.

Qui plus est, une telle mesure devra s'accompagner d'initiatives à plus large échelle pour encourager une utilisation moindre de la voiture, a-t-il ajouté.

Quel impact réel sur l'environnement?

Touring estime que l'initiative est positive, mais s'interroge sur l'impact réel d'une telle mesure sur l'environnement, a indiqué Lorenzo Stefani. L'association automobile estime en effet que cette mesure n'aura d'impact sur la qualité de l'environnement que si l'on s'attaque également aux autres sources de pollutions urbaines telles que le chauffage domestique qui compte parmi les plus importantes, souligne le porte-parole de Touring. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés