Manif des taxis: quel est l'état du trafic?

©BELGA

Plus de 600 taxis ont manifesté ce mardi à Bruxelles pour afficher leur opposition au plan taxi de Pascal Smet, ministre bruxellois du Transport. Une manifestation sur fond de guerre avec Uber. Ce dernier a donné un mot d'ordre à ses chauffeurs.

  • La situation du trafic

Ce mardi, entre 600 et 650 taxis selon la police et plus d'un millier dont une centaine de taxis français selon les organisateurs se sont rassemblés vers 12h40 au rond-point-Schuman à Bruxelles. Les taxis ont parcouru la capitale, causant des ralentissements importants. Les services de bus de la Stib ont d'ailleurs également été pertubés par l'action. Le métro circule lui normalement.

A cette heure, tous les blocages ont été levés. Depuis 16h40, la rue et le tunnel Belliard sont à nouveau ouverts. Le carrefour Arts-Loi a lui été rouvert dès 14h15, tout comme le tunnel Stéphanie. Cependant la circulation reste dense et on roule toujours au pas entre Porte de Namur et Porte de Hal.

©REUTERS

Les taxis ont entouré le rond-point Schuman et occupé la rue Belliard, une partie avoisinante de la petite ceinture et la rue du Luxembourg. Des pétards ont été lancés au rond-point Schuman, devant les institutions européennes. Les taxis ont affiché clairement "Non à Uber" sur leurs pare-brise. Des taxis français sont venus de Paris, de Nîmes d'Aix-en-Provence, et environ une dizaine ont fait le déplacement depuis Lille.

La police  donne les informations relatives au trafic en temps réel sur son compte Twitter.

  • Quelle revendication?

Les représentants des principales associations d'exploitants de services de taxis de la capitale ont décidé la semaine dernière d'organiser une manifestation dans les rues de la capitale le mardi 3 mars afin de donner un large écho aux inquiétudes du secteur par rapport au plan taxi 2014-2019 rendu public vendredi dernier par le ministre bruxellois du Transport Pascal Smet. Selon eux,  "les taximen sont mis devant le fait accompli".

Les promoteurs de trajets partagés Djump et Uber ont par contre eux accueilli positivement, vendredi, l'ébauche par le gouvernement bruxellois, d'un plan intégrant "le transport entre particuliers".

©BELGA

Sur les taxis, des banderoles "Stop au dumping social" indiquent le slogan de la manifestation. "Il faut dire stop à des sociétés comme Uber", exige Sandra Langenus, secrétaire régionale de l'Union belge du Transport UBT-FGTB. "On sait bien qu'Uber ne respecte jamais les règles. On ne voit pas pourquoi elle respecterait les règles en Belgique. On demande aussi de tenir compte de l'avis des spécialistes et des partenaires sociaux pour la modernisation du secteur. Le plan taxi a été élaboré sans la consultation du comité consultatif."

  • Quel est le plan taxi?

La Région bruxelloise veut  définir un cadre général pour régulariser le recours aux nouvelles technologies avec des règles strictes permettant une concurrence loyale et équitable.

- Il y aura ainsi des tarifs fixes pour les petits trajets, pour rallier certains lieux emblématiques tels que l'aéroport, voire à l'occasion de certains grands événements.
- A partir de janvier prochain, les clients devront pouvoir payer avec leur carte de crédit.
- Dans le pipeline également, l'instauration d'une application smartphone pour tous les taxis bruxellois, au profit tant des clients que des chauffeurs.
- Le plan permettra aux taxis d'emprunter l'ensemble des sites propres réservés aux bus, sauf lorsque des impératifs de sécurité dicteront de ne pas le faire.
- Le système de taxis collectifs Collecto sera étendu à la journée, mais il ne continuera à être subsidié par la Région que pour les prestations de nuit. En journée les trajets partagés seront possibles à des tarifs avantageux vers les gares et l'aéroport.
- Les chauffeurs qui auront roulé trois ans sans plainte et sans PV pourront afficher un certificat d'excellence.
- Les centrales téléphoniques seront soumises à des règles plus strictes notamment pour éviter l'octroi de courses à des taximen non reconnus à Bruxelles.
- Le taximètre digital sera installé aux frais de la Région dans tous les taxis d'ici janvier 2016. La Région supprimera la taxe régionale de 575 euros par an.
- La publicité sera autorisée dans les taxis, à des conditions strictes.   

  • Comment Uber s'est préparé à la grève des taxis

La plateforme a énoncé une série de recommandations à l'attention de ses chauffeurs. En cas de souci, "qu'ils n'hésitent pas à prendre des photos des chauffeurs de taxis et leur numéro de plaque".

uber

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés