10.000 manifestants à Bruxelles

©REUTERS

Quelque 10.000 personnes ont pris part à la manifestation nationale à Bruxelles, selon un comptage officiel de la police. L'action engendre des perturbations au niveau de la circulation dans le centre-ville.

Il est compliqué de circuler dans les rues de la capitale ce mardi. La FGTB a réussi son pari de réunir au moins 10.000 militants lors de la grande manifestation pour "une sécurité sociale renforcée et justement financée". Conséquence: le trafic est perturbé à cause de la fermeture de plusieurs axes sur le parcours de la marche.

Les militants FGTB sont partis du boulevard Albert II à Bruxelles mardi vers 11h00 pour rejoindre la gare du Midi. Dans le détail, le cortège passe par la place Rogier, les boulevards Pacheco, Berlaimont et de l’Impératrice, la gare Centrale et le Mont des Arts, où une action symbolique est prévue à 12h. Les manifestants poursuivront ensuite vers le boulevard de l’Empereur, la rue des Alexiens, le boulevard Lemonnier et enfin l’avenue de Stalingrad. Des discours auront lieu sur l'Esplanade de l'Europe en fin de parcours. Outre l’intervention du président de la FGTB, Robert Vertenueil, la secrétaire générale du syndicat, Miranda Ullens et Jean-Pascal Labille, le patron de Solidaris, prendront la parole. 

Le parcours de la manifestation

Il est conseillé aux automobilistes d'éviter de se rendre dans le centre-ville en fin de matinée et en début d'après-midi

10.000
Le nombre de manifestants attendus
La FGTB espère attirer au moins 10.000 militants dans la capitale lors de son action pour le renforcement de la sécurité sociale

Transports en commun

Du côté des transports en commun, la Stib s'attendait à d'importantes perturbations au niveau des métros, mais aussi des lignes de surface qui croisent le parcours de la manifestation. Les lignes de métro 1, 5 et 6 sont exploitées, toutes les stations sont donc desservies, précise la Stib ce mardi. Les trams circulent sur les lignes principales mais à fréquence réduite. Quant aux bus, un tiers d'entre eux seulement sillonnent la ville. Les navetteurs peuvent s'informer plus précisément sur les pages web, Twitter et Facebook de la société bruxelloise de transport public. La société bruxelloise informe les voyageurs de la situation sur son site web, son application et les différents médias sociaux. Un contact centre (070 23 20 00, 0,30€/min) est également disponible. 

Du côté des bus wallons, l'entité de Charleroi est notamment touchée. Le Tec annonce que certains parcours sont " partiellement assurés". Le réseau risque d'être aussi fortement perturbé dans les régions de Mons et du Centre. Il est donc conseillé aux voyageurs de consulter le site www.infotec.be pour connaitre la liste des trajets assurés. Le Tec Liège-Verviers indique également que les dépôts de Jemeppe et de la Hesbaye sont impactés. Et de légères perturbations sont annoncées dans les provinces de Namur et Luxembourg. Le TEC avait déjà publié lundi  le détail des lignes supprimées sur infotec.be. La situation sera mise à jour régulièrement.
La société de transports régionale flamande De Lijn signale, par ailleurs, qu'il n'y a pratiquement aucune perturbation sur son réseau de bus et de trams.
La FGTB souligne qu'il ne s'agit pas d'une grève, mais bien d'une manifestation pour la sécurité sociale.

Sur le rail, aucune mesure particulière n'a par contre été prise. "A priori, on ne s'attend pas à des perturbations", précise le porte-parole de la SNCB, Vincent Bayer. De nombreux manifestants devraient d'ailleurs recourir au chemin de fer pour rallier la gare du Nord, lieu de départ du cortège. Ce mardi matin, les trains roulent normalement.

Enfin, dans les services publics, des absences de travailleurs sont possibles, un préavis de grève ayant été déposé par la Centrale Générale des Services Publics (CGSP). Des perturbations dans certains services communaux ne sont pas exclues. 

Les commerces devraient, pour la plupart, être ouverts normalement. Pour rappel, la FGTB souligne qu'il ne s'agit pas d'une grève, mais bien d'une manifestation pour la sécurité sociale. Le préavis déposé vise donc uniquement à couvrir les travailleurs qui souhaitent participer à cette action, à laquelle les syndicats chrétien (CSC) et libéral (CGSLB) ne se joignent pas.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect