"Nous rendons la gare du Nord aux navetteurs et aux voyageurs" (Maggie De Block)

©Photo News

Les migrants en transit qui logeaient dans des conditions plus que précaires à la gare du Nord ont été déplacés. Les bus de la Stib s'y arrêteront de nouveau dès samedi.

Les migrants en transit à la gare du Nord sont redirigés vers des centres pour sans-abri à Bruxelles dès ce vendredi matin, indique la ministre en charge du dossier, Maggie De Block (Open Vld). Ils y seront suivis par l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile (Fedasil). Ceux qui "ne saisiraient pas cette chance" et retourneraient vers la gare seront emmenés en centre fermé, a précisé la ministre.

"Nous rendons la gare du Nord aux navetteurs et aux voyageurs", s'est félicitée Maggie De Block, qui ajoute qu'une gare ne constitue pas un centre d'accueil. "Les conditions y étaient inhumaines, tant pour les migrants que pour les usagers et les personnes qui travaillent à la gare." 

"Nous leur donnons une chance, mais ils doivent aussi la saisir. Celui qui retourne à la gare du Nord sera intercepté par la police et placé dans un centre fermé en vue d’un retour", ajoute la ministre.

Le Samusocial, la Croix-Rouge francophone de Belgique et la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés se sont accordés vendredi pour offrir ensemble une solution. 

Suite à cette annonce, la Stib a fait savoir qu'elle desservirait à nouveau l'arrêt de bus situé dans la gare du Nord (bus 61 et 20) dès samedi matin. Du côté de De Lijn, on dit attendre le feu vert de la police, mais cet arrêt devrait être à nouveau marqué au cours du week-end.

Situation catastrophique

Pour rappel, début mai, les bus De Lijn ont délaissé la gare du Nord pour installer leurs arrêts un peu plus loin, près de la place Rogier. Peu après, ceux de la Stib leur emboîtaient le pas. Raison invoquée: des cas de gale, de tuberculose et de malaria au sein d'un groupe de migrants en transit qui séjourne à la gare. Les chauffeurs craignaient d'attraper l'une de ces maladies.

Les conditions y étaient inhumaines, tant pour les migrants que pour les usagers et les personnes qui travaillent à la gare.
Maggie De Block
ministre à l'Asile et à la Migration

La situation sanitaire dans le quartier nord est catastrophique. En plus des centaines de migrants en transit dans la zone s’ajoutent des personnes sans domicile fixe et des toxicomanes. Faute de sanitaires accessibles, ils qui dorment au milieu des détritus et font leurs besoins dans l’espace public. A cela se greffe un sentiment d’insécurité également dénoncé par les chauffeurs De Lijn. 

Maggie De Block avait appelé toutes les personnes concernées à oeuvrer ensemble à une solution rapide à ce problème. 

 Lire aussi | "Indignité nationale"

Les migrants déplacés ce vendredi seront informés par Fedasil des procédures de retour volontaire et d'asile. La plupart d'entre eux n'ont en effet pas demandé l'asile en Belgique et espèrent poursuivre leur voyage vers le Royaume-Uni. Dans les centres pour sans-abri, "la priorité sera d'accompagner les personnes vulnérables comme les femmes seules, les familles avec enfants et les personnes qui nécessitent une aide médicale ou psychologique". Les migrants qui opteront pour le retour volontaire ou l'introduction d'une demande d'asile seront pris en charge dans les infrastructures de Fedasil. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n