"On peut soulager rapidement les Bruxellois des bruits des avions"

©BELGA

La ministre bruxelloise de l’Environnement, Céline Fremault (cdH), affirme que 75% des avions ne respectent toujours pas les normes bruxelloises de bruit.

Lassée par l’attentisme du gouvernement fédéral qui reporte la mise en place de solutions opérationnelles pour réduire le bruit des avions à Bruxelles à la fin de l’étude d’incidences, la ministre bruxelloise de l’Environnement, Céline Fremault (cdH), monte au créneau. Preuves à l’appui, elle soutient que des mesures peuvent être mises en place à court terme sans brader la sécurité. "Je suis assez consternée de voir que le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR), ne se cache plus de vouloir enliser le dossier malgré la condamnation judiciaire. Alors qu’il se présentait comme le ministre du renouveau après l’échec de Jacqueline Galant (MR, ex-ministre de la Mobilité), il aura finalement le même bilan qu’elle, à savoir faire des annonces et des promesses, sans aucun suivi de résultats", martèle-t-elle.

La ministre Fremault note que rien n’a changé et que les violations "continuent à affoler les sonomètres et à réveiller les Bruxellois". D’après elle, 75% des avions sont en infraction (non-respect des normes de bruit bruxelloises) sur 6h-7h sur la route du Canal et près de 100% le sont lors des atterrissages sur la piste diagonale 01.

Prenant le contre-pied du ministre Bellot et ne voulant pas faire le deuil des solutions opérationnelles durant cette législature, elle a commandé à l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (IGEAT/Université Libre de Bruxelles) une nouvelle étude sur les mesures envisageables à court terme pour soulager les victimes du survol par les avions de Brussels Airport. "L’étude d’incidence est indispensable, mais elle n’empêche pas l’adoption de quickwins dans ce dossier. Les experts de l’IGEAT démontrent qu’on peut soulager rapidement les Bruxellois qui sont en attente légitime de solutions dans ce dossier. Les solutions respectent les impératifs de sécurité car elles se basent sur des routes existantes ou ayant déjà existé. Ce sont des solutions simples, faciles et rapides à mettre en œuvre", observe Céline Fremault.

©Document BATC

Réduire les survolés de 89%

L’IGEAT propose des solutions sur la route du Canal permettant de réduire jusqu’à 89% le nombre des personnes survolées. L’institut avait déjà calculé qu’environ 420.000 habitants sont victimes du bruit des avions empruntant la route du Canal. 

Que disent les experts? 

→ Les experts proposent que les avions utilisent plutôt la route du Ring existante (CIV 4C) au lieu du Canal entre 7h-23h. Près de 123.000 habitants résident sous la route du Ring.

→ Au lieu d’utiliser la route du Canal entre 23h-6h, les experts suggèrent de reporter les avions sur la route existante Lima (CIV 2L). Celle-ci accueillerait dans ce cas les avions décollant de la piste 19, mais selon nos informations, il faudrait équiper cette piste de matériel de sécurité. Les avions ne seraient plus en infraction par rapport aux normes bruxelloises et on réduirait la population survolée car près de 45.000 habitants vivent sous la route Lima.

→ Pour ceux qui invoqueraient un croisement entre les décollages de la piste 19 et des atterrissages sur les pistes parallèles 25, les experts répondent que l’utilisation combinée des deux pistes est déjà d’application. De plus, l’impact de limitation de la capacité des pistes est négligeable vu le peu de trafic nocturne (on a enregistré 24 atterrissages sur 208 nuits et 32 décollages sur 365 jours en moyenne en 2015). Le poids de l’avion (limité à 200 tonnes pour les avions décollant de la piste 19) qui pourrait être invoqué comme obstacle devrait être levé si la sécurité est améliorée.

©MEDIAFIN

Réclamer les astreintes

Une autre solution avancée par les experts pour régler les violations sur la route du Canal (23h-6h) est l’usage des routes existantes après décollages de la piste 01 (au lieu de la combinaison 25R + 19) et atterrissage sur la piste 25. Pour faire cesser les violations des normes de bruit sur la route du Canal entre 6h-7h, les experts recommandent l’alternative de la route Lima (décollages). Ils reconnaissent qu’il faut gérer un conflit potentiel avec les routes du virage à gauche au départ de la piste 25R. Mais on pourrait éviter ce conflit en programmant mieux les décollages dans le temps.

"Si le ministre Bellot ne bouge pas, je réclamerai à ce moment les astreintes"

En ce qui concerne les atterrissages sur la piste 01 entre 23h et 7h, il semble qu’une clarification des normes de vent permettrait de limiter son usage et de faire cesser les violations comme le demande le jugement du tribunal de première instance de Bruxelles en juillet dernier. "Le ministre Bellot a d’ailleurs dit qu’il doit clarifier les normes de vent. Qu’attend-il pour le faire?", interpelle la ministre.

Les experts d’IGEAT proposent d’autres solutions pour faire cesser les violations de l’arrêté "bruit" à Bruxelles sur la route du Ring. Céline Fremault s’apprête à envoyer les solutions proposées au ministre Bellot pour lui rappeler que des solutions à court terme existent. "S’il ne bouge pas, je suis déterminée à retourner devant la justice pour faire constater un non-respect du jugement de juillet 2017 et réclamer les astreintes (100.000 euros par semaine). Il est question de santé publique, de respect de la loi et de la justice", conclut-elle.

©IMAGEGLOBE

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect