Pas de fermeture, mais beaucoup de travaux pour les ponts bruxellois

©BELGA

Le ministre Pascal Smet (SP.A) a présenté son plan pluriannuel d’entretien des ponts et viaducs de la capitale. Le pont de la Petite île, fermé à la circulation depuis 2014, sera reconstruit. Travaux lourds à prévoir pour la rampe tram du pont Van Praet.

Chose promise chose due. Pascal Smet a présenté aujourd’hui en commission Infrastructure du Parlement bruxellois son plan pluriannuel d’investissements pour les ponts et viaducs de Bruxelles. "La Région dispose désormais d’une carte d’identité pour les 138 ouvrages d’art de la capitale. Nous savons dans quel état sont nos ponts. Nous disposons désormais d’un programme pour leur entretien et leur rénovation. Les ponts doivent, dans les années à venir, faire l’objet d’un entretien et d’un monitoring pour éviter une réédition de la problématique des tunnels", précise le ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics. Les 92 ponts et viaducs de la capitale ont fait l’objet d’une évaluation indépendante.

Résultat des courses: "aucune nouvelle mise en évidence de ponts nécessitant une classification A2 (ouvrage dangereux) nécessitant une limitation ou une interdiction de circulation". "Tout n’est pas parfait, il faut des travaux un peu partout, certains sont plus prioritaires que d’autres", précise toutefois Pascal Smet.

"Entre 2018 et 2021, 24 millions d’euro seront nécessaires et sont d’ores et déjà programmés au budget pour les inspections, les travaux de sécurité, les travaux d’entretien et de réparation."
Pascal Smet (sp.a)
Ministre bruxellois des Travaux publics

Le pont de la Petite île, fermé à la circulation depuis 2014, sera reconstruit en 2018 ou en 2019. Une étude est également lancée pour la réparation de la rampe tram du pont Van Praet qui, après la Petite île, est le second ouvrage présentant un potentiel élevé de dangerosité. Mais une fermeture du pont Van Praet n’est pas évoquée.

"Entre 2018 et 2021, 24 millions d’euro seront nécessaires et sont d’ores et déjà programmés au budget pour les inspections, les travaux de sécurité, les travaux d’entretien et de réparation", a indiqué le ministre Smet. Fin de l’an dernier, celui-ci a été amené à fermer préventivement le viaduc Herrmann-Debroux pour raisons de sécurité en raison de corrosions constatées dans la structure portante. Une expertise finale avait conclu qu’une réouverture ne présentait pas de risque pour les usagers.

Les 92 ponts bruxellois seront inspectés annuellement par un bureau d’étude spécialisé, assure le ministre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés