Permis délivré pour raser l’ex-siège KBC en bord de canal

©Office kgdvs

Le projet bruxellois porté par Triple Living le long de l’avenue du Port, non loin de Tour & Taxis, vient de recevoir son permis d’urbanisme. Il va résolument changer le paysage en bord de canal, mais risque encore de défrayer la chronique.

Pascal Smet vient juste de confirmer la délivrance du permis d’urbanisme au projet du promoteur flamand Triple Living. "Avec ce projet, l’avenue du Port va voir arriver de nouveaux habitants et de nouvelles activités. Logements, bureaux, hôtel et crèche permettront d’en finir avec la monofonctionnalité actuelle dépassée. Alors que le quartier Nord et les abords de Tour et Taxis vont être transformés dans les années à venir, nous avons voulu que ce projet soit ouvert sur le quartier maritime et non conçu comme une forteresse fermée aux interactions comme par le passé", motive le secrétaire d’État bruxellois à l’Urbanisme.

"Nous avons voulu que ce projet soit ouvert sur le quartier maritime et non conçu comme une forteresse fermée aux interactions, comme par le passé"
Pascal Smet
Secrétaire d'État à l'Urbanisme

Dans les faits, il s’agit ni plus ni moins que de raser une partie de l'ancien QG local de la banque KBC, en cure d’amaigrissement depuis des années déjà. Mais ce projet de démolition-reconstruction massive densifiant surtout l’offre de logement locale – 216 appartements, notamment des 3 chambres – répartie sur trois tours verticales est décrié, depuis plusieurs années déjà, par les riverains et les organismes de défense de l’environnement, fédérés autour de IEB.

Une trouée en intérieur d'îlot reconnectera le quai avec les rues Bouvier et Le Lorrain, à l'arrière du complexe de bureaux déserté. ©Office kgdvs

Réponse du secrétaire d’État: "Le bâtiment actuel conçu pour du bureau ne permet pas l’installation de logements aux normes actuelles. Et le projet permet, en prolongeant la rue Le Lorrain en intérieur d’îlot, de rétablir la liaison entre le quartier situé derrière et le canal, avec son futur parc au bassin Beco."

Procédure déjà longue

Une première demande de permis d’urbanisme et d’environnement avait été introduite voici trois ans déjà pour démolir l’ancien complexe monofonctionnel de bureaux baptisé Green Island (1997) et construire en lieu et place quatre bâtiments, dont trois tours, d’une superficie totale de 28.000m².

216
logements
seront finalement construits en lieu et place des complexes de bureaux bientôt rasés en bord de canal.

Le projet mixte d’ensemble dessiné par l’association momentanée Office Kersten Geers David Van Severen/Nicolas Firket Architects/Bureau Bas Smets, lauréate du concours d’architecture, prévoyait initialement d’y intégrer un hôtel de 139 chambres, 244 appartements, des bureaux, une crèche et du commerce.

Deux ans plus tard, moyennant quelques retouches, les promoteurs gantois remettaient le couvert, en rabotant légèrement l’offre de logements et en ajoutant des espaces d’équipement d’intérêt collectif et de service public. Et il obtenait, l’été dernier, un avis favorable unanime en commission de concertation, précieux sésame des autorités régionales indispensable pour délivrer les permis. Ceux-ci viennent donc – enfin – d’être délivrés.

Dans la tour en briques rouges, à front d'avenue du Port, prendra place un hôtel de 139 chambres. ©Office kgdvs

"Après quatre passages en commission de concertation à cause des multiples irrégularités, ce projet soutenu par la Région et la commune de Molenbeek a malgré tout obtenu un avis favorable unanime. Nous avions exigé des garanties lors de l’abrogation du PPAS (Plan particulier d’aménagement du sol), qui n’ont pas été obtenues. Le promoteur a visiblement – une fois encore – imposé ses propres intérêts au détriment de l’intérêt public", pestait-on chez Inter-Environnement Bruxelles (IEB) l’an dernier, au terme d’une commission de concertation électrique.

Ce que remettent notamment en cause les opposants au projet aujourd’hui validé, c’est notamment la faible diversification de l’offre de logements en projets de part et d’autre du canal avec, déjà, un risque de gentrification.  

Pour le propriétaire-promoteur flamand Triple Living, qui avait racheté l’ensemble en 2015 à la KBC pour un montant de 22,5 millions d’euros, c’est enfin la fin d’un long processus administratif. On rappellera que, pour dessiner le nouveau visage du site, pas moins d’une trentaine de dossiers avaient été examinés par le comité d’experts alors réuni autour du maître-architecte bruxellois Kristiaan Borret, reconduit depuis dans ses fonctions.

Le résumé

  • Le permis d'urbanisme vient d'être délivré par la Région bruxelloise.
  • Les anciennes tours de la KBC seront rasées.
  • Une traverse centrale reliera le quartier voisin au canal.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés