Publicité
Publicité

Pour Airbnb, la situation à Bruxelles est "critique"

©Photo News

La plateforme de réservation en ligne grogne contre la Région bruxelloise, où les conditions de mise en location des logements des citoyens sont bien plus dures qu'ailleurs.

De notre analyse sur les chiffres du tourisme, un élément est particulièrement intéressant à pointer. Les touristes étrangers, qui représentent presque la moitié des nuitées enregistrées en 2022, ont passé 19,4 millions de nuitées au sein d'établissements touristiques, et 5,8 millions via les plateformes en ligne comme Airbnb.

Si ce chiffre progresse dans toutes les Régions, il est en récession à Bruxelles, où l'on a enregistré 1,6 million de nuitées bookées via les plateformes en 2022, bien moins que les 2,1 millions de 2019.

Publicité

Ce recul pourrait être une conséquence de la spécificité des régulations bruxelloises envers Airbnb, où la Région a durci les conditions d'accès à la plateforme pour ceux qui souhaitent y placer leur logement en location temporaire, dans la recherche d'un équilibre entre l'activité économique et la protection du logement classique.

"Airbnb souhaite travailler avec Bruxelles-Capitale à la mise en place de règles simples permettant de répondre au problème de logement et de lutter contre les spéculateurs."

Airbnb

Une situation qu'Airbnb qualifie désormais de "critique pour les habitants". La plateforme avance même la possibilité de travailler en collaboration avec la Région bruxelloise à la fixation de nouvelles normes. "En raison de règles disproportionnées, les habitants ne peuvent pas bénéficier de l'opportunité de louer leur bien. Airbnb souhaite travailler avec Bruxelles-Capitale à la mise en place de règles simples permettant de répondre au problème de logement et de lutter contre les spéculateurs, tout en laissant l’opportunité aux particuliers de louer leur logement occasionnellement pour boucler leurs fins de mois", commente le service presse d'Airbnb.

Le dossier "suit son cours"

Le ministre-président Rudi Vervoort (PS) a pourtant déjà proposé un avant-projet d'ordonnance fin septembre 2022 afin de faciliter la location d'une partie des biens des Bruxellois, tout en durcissant les sanctions pour les fraudeurs. Une mesure qu'Airbnb considère comme insuffisante, voire frauduleuse.

"Il reste encore des étapes avant l'adoption du texte définitif de l’ordonnance et la publication des arrêtés d’exécution, dont le sort est désormais entre les mains du Parlement bruxellois", commente Airbnb. "La réglementation actuelle est particulièrement lourde pour les hôtes bruxellois: la Commission européenne a lancé une procédure en infraction à cet égard et une récente décision de la Cour d’appel de Bruxelles a de nouveau questionné la conformité du texte vis-à -vis du droit européen".

De son côté, si le cabinet de Rudi Vervoort estime que "le texte législatif suit son cours normal", il ne ferme pas la porte à la collaboration. "Nous avons toujours accepté leurs demandes d'entretiens avec la Région", commente la porte-parole du ministre-président.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.