Publicité

Premier accord à Bruxelles pour les présidences des organismes publics

Le gouvernement bruxellois. ©BELGA

Groen obtient la présidence de la Stib, le PS présidera le CA d'Iriscare et Ecolo celui de Citydev. C'est DéFI qui a hérité de la présidence de finance.brussels.

Sept mois après les élections régionales, un accord semble enfin se dessiner à Bruxelles en ce qui concerne le renouvellement des conseils d'administration des organismes para-régionaux. En principe, cette répartition des présidences et vice-présidences se décide dans le cadre de la formation d'une majorité gouvernementale. Mais la majorité PS-Ecolo-DéFI-Groen-Open Vld-one.brussels n'avait pas réussi jusqu'ici à trouver un accord pour les 22 organismes pris en compte. Le retard s'explique également par les changements de présidence dans les partis et fédérations. En effet, Rajae Maouane a succédé à Zakia Khattabi à la coprésidence d'Ecolo, Laurette Onkelinx a quitté la présidence de la fédération bruxelloise du PS au profit d'Ahmed Laaouej tandis que François De Smet remplace depuis peu Olivier Maingain à la tête de DéFI.

Autre difficulté survenue selon nos informations: la volonté émise par certains partis néerlandophones d'obtenir davantage de mandats dans les organismes d'intérêt public par rapport à la précédente législature. Finalement, les partis flamands ont obtenu cinq présidences, comme la mandature passée. Le s.pa (one.brussels) exigeait également une stricte application de la croix de Saint-André. Selon ce principe, si le fonctionnaire dirigeant d'un OIP appartient à un rôle linguistique, le président du CA doit relever de l'autre rôle linguistique. Exemple: comme le directeur-général de la Stib, Brieuc de Meeus, est francophone, la présidence du conseil d'administration revient automatiquement à un néerlandophone.

Premier parti néerlandophone à Bruxelles, Groen a demandé et obtenu la présidence de la société bruxelloise de transport public. Un choix jugé "consanguin" par certains puisque les verts néerlandophones ont déjà la tutelle sur la Stib via la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt. Le parti socialiste conserve la vice-présidence de la Stib. C'est également le PS qui fournira des présidents pour Iriscare, le port de Bruxelles, parking.brussels ainsi qu'un vice-président pour la Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB).

DéFI obtient finance.brussels

Les écologistes, qui présideront le CA de hub.brussels, voulaient absolument obtenir des organismes en charge de l'aménagement du territoire: la Société d'Aménagement Urbain (SAU) et Citydev (anciennement la Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale, en abrégé SDRB). Ce dernier organisme était également demandé par les amarantes qui espéraient avoir un organisme en charge de l'économie étant donné que le ministre régional Bernard Clerfayt est compétent pour l'emploi et la formation. DéFI pourra cependant se consoler avec les présidences finance.brussels, de l'école régionale d'administration publique (Erap), de visit.brussels, d'Irisnet et de Neo.

La présidence de l'office régional de l'emploi Actiris reviendrait, selon nos informations, à l'Open Vld.

Précisons que ces attributions pourraient encore changer dans la dernière ligne droite des négociations. Notamment pcq one.brussels revendique toujours visit.brussels et hub.brussels. L'Agence bruxelloise pour l'Accompagnement de l'Entreprise est actuellement dirigée par une francophone, Isabelle Grippa (PS). Si le CA revient aux écologistes comme prévu jusqu'ici, la fameuse croix de Saint-André ne sera donc pas scrupuleusement respectée.




Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés