Premier feu vert pour une "tirette" complète en Région bruxelloise

Le Parlement bruxellois est composé à 47% de femmes. ©Photo News

La parité hommes-femmes sur les listes aux régionales à Bruxelles sera vraisemblablement d'application lors du scrutin de 2024. Une proposition d'ordonnance a été votée en commission.

Après un échec sous la précédente législature, la proposition visant à instaurer l’obligation d’alterner systématiquement le sexe des candidats sur les listes aux élections régionales semble cette fois-ci en bonne voie d'adoption au parlement bruxellois. Déposée par des partis de la majorité et de l'opposition, la proposition d'ordonnance a fait l'objet d'un vote presque unanime (la N-VA s'est abstenue) en commission Finances ce lundi. Reste un dernier feu vert en séance plénière et la parité hommes-femmes sur les listes sera une réalité au prochain scrutin régional.

"Tout candidat doit être de sexe différent de celui qu’il suit et de celui qui le précède dans l’ordre de la liste."
Extrait de la proposition d'ordonnance devant le Parlement bruxellois

"Sous peine de nullité de plein droit, sur chacune des listes, tout candidat doit être de sexe différent de celui qu’il suit et de celui qui le précède dans l’ordre de la liste." Limpide, la règle comprend tout de même une particularité: la seule dérogation possible à l’alternance obligatoire concernera les 2e et 3e places. "Elle est calibrée pour offrir aux partis un peu plus de flexibilité quant à l’ordre des candidats aux places les plus stratégiques de leur liste", justifient les auteurs.

Pour Ecolo qui appliquait déjà volontairement la règle, c'est un pas dans la bonne direction. "La tirette a un impact sur la parité mais aussi sur la visibilité de certains enjeux. Des expériences d'injustice trouvent alors plus facilement leur chemin au parlement", estime le chef de groupe, John Pitseys. La féminisation de l'assemblée a récemment débouché sur la mise sur pied de la commission des droits des femmes. "La multiplication des questions sur le caractère genré de l'urbanisme ou des politiques de sécurité a rendu la création de cette commission encore plus évidente."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés