analyse

PS et Ecolo s'en sortent bien, le MR fait la grimace

©Photo News

Quinze ministres, cinq secrétaires d'Etat. Le gouvernement De Croo a prêté serment ce jeudi. Les partis flamands empochent les principaux portefeuilles régaliens. Les familles socialiste et écologiste empochent des compétences dans leurs domaines de prédilection. Chez les libéraux francophones, on juge insuffisantes les compétences négociées par le président Georges-Louis Bouchez.

La nouveauté est au rendez-vous. La soirée de mercredi a fait la lumière sur la répartition des compétences au sein du gouvernement De Croo. Son aile flamande en sort renforcée, le poste de Premier ministre et d'importants ministères régaliens comme les Finances (CD&V), la Justice (Open Vld), les Affaires sociales et la Santé (sp.a) ou encore l'Intérieur (CD&V) viennent compenser la minorité des quatre partis dans leur groupe linguistique à la Chambre. Une mauvaise nouvelle pour l'influence francophone, une bonne pour la stabilité du gouvernement.

Le PS a reçu son dû en tant que premier parti de la coalition.

Le PS reçoit son dû en tant que premier parti de la coalition. D'un point de vue stratégique, les Pensions constituent une matière qui peut permettre au parti de gagner des points face au PTB. La présidence de la Chambre, attribuée à Eliane Tilieux, est également très précieuse. Avec Ludivine Dedonder à la Défense, le PS se démarque en termes de féminisation. Avec Dermagne et Lalieux, il joue la compétence reconnue.

Par contre, le PS liégeois semble perdant. Frédéric Daerden ne quittera pas la Fédération Wallonie Bruxelles. Un désaveu face au Hainaut? Même dans la Cité ardente, on temporise. Jean-Claude Marcourt ne remonte dans aucun gouvernement, voilà une page bel et bien tournée qui laisse le champ libre à Daerden pour reconstruire quelque chose après le scandale Nethys. L'élection pour la présidence de la fédération liégeoise du PS aura lieu en mars prochain, rappelle-t-on. Et avec Christie Morreale, Frédéric Daerden et maintenant Christophe Collignon, la province est bien représentée.

Une seule Liégeoise

Chez Ecolo, le casting crée une demi-surprise avec le retour de Zakia Khattabi qui s'était déclarée non candidate. Elle décroche l'Environnement, le Climat et le Green Deal tandis que Georges Gilkinet s'empare de la Mobilité. Des matières qui collent au core-business d'Ecolo. L'attente des électeurs en sera d'autant plus forte. Sarah Schlitz devient l'unique Liégeoise du gouvernement.

Certains au MR espéraient une compétence régalienne offrant plus de visibilité que les Affaires étrangères.

Au MR, le malaise est palpable. Sophie Wilmès est ministre des Affaires étrangères, mais certains espéraient une compétence régalienne avec plus d'impact. Comme l'Intérieur. Georges-Louis Bouchez a tenté d'obtenir les deux, sans succès. David Clarinval doit se satisfaire des PME et des Indépendants et de l'Agriculture alors que le secrétariat d'Etat à la digitalisation de Mathieu Michel ne pèse pas lourd. L'aile liégeoise du parti est déçue.

Côté flamand, l'Open Vld est bien servi avec le 16 et le ministère de la Justice pour Vincent Van Quickenborne. Le CD&V compense avec de beaux portefeuilles (Finances et Intérieur). Ce dernier marque l'exercice avec le renouvellement de ses équipes: Vincent Van Peteghem, Annelies Verlinden et Sammy Mahdi.

Le parti Groen a quant à lui connu un coup de théâtre en assemblée générale. Contrairement aux attentes, la présidence n'a pas proposé Kristof Calvo comme ministre, ce qui a créé des remous internes. La Bruxelloise Tinne Van der Straten et Petra De Sutter entrent au gouvernement.

On en termine avec le sp.a dont la "bombe" annoncée par le président Conner Rousseau est l'ancien vice-Premier Franck Vandenbroucke aux Affaires sociales et à la Santé. Un personnage à l'image ternie par les affaires dans les années 1990 mais dont l'expertise rajoute au poids de la famille socialiste dans l'équipe d'Alexander De Croo.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés