Regain d'intérêt pour la technologie d'Airsteril

Autrefois essentiellement prisée par les dentistes, la technologie développée par Airsteril pour décontaminer l'air et les surfaces trouve d'autres adeptes en ces temps de crise sanitaire.

Parce qu'une démonstration vaut mieux qu'un long discours, le directeur commercial nous propose de sentir du concentré d'ammoniaque sur un mouchoir en papier, ce qui procure une sensation détestable. Celui-ci est ensuite placé près d'un boîtier Airsteril et le chronomètre est enclenché. Après seulement une minute trente, on hume à nouveau le mouchoir qui s'avère totalement inodore.

Fondée en 2015 pour distribuer chez nous une technologie développée en Angleterre, Airsteril Belgium visait jusqu'ici surtout des cabinets dentaires. Son boîtier UVC capable de désinfecter l'air mais aussi, à distance, les objets et les surfaces connaît un succès accru depuis l'arrivée du coronavirus. Le CEO Luc De Myttenaere évoque une explosion des ventes, en hausse d'environ 500% en 2020.

En août dernier, Airsteril a équipé les 120.000m² de Brussels Expo au Heysel où vient d'être installé le plus grand centre de vaccination du pays. "Nous avons aussi été sélectionnés par le gouvernement britannique pour équiper les 400 laboratoires mobiles qui serviront à vacciner la population anglaise", ajoute le directeur commercial Pierre Guinsbourg qui énumère toute une série de clients parmi lesquels le NHS (National Health Service, ministère de la Santé en Grande-Bretagne), la Croix-Rouge israélienne, EY ou encore Bank of America.

Selon ses dirigeants, la sélection d'Airsteril par de si gros acteurs tient à sa capacité à garantir la décontamination complète d’une zone. Contrairement à la plupart des purificateurs, Airsteril n'a pas besoin que l'air passe à l'intérieur de la machine pour être désinfecté.

L'air quitte le boîtier sous forme de plasma composé d'ions négatifs qui forcent toutes les particules en suspension dans l'air à se regrouper et à tomber au sol. Le plasma est aussi composé d'une faible quantité d'ozone qui se fixe sur les derniers éléments présents dans l'air, à savoir les agents pathogènes. "Le plasma s'étend sur tout le volume de la pièce, ce qui permet d’assurer qu’elle reste désinfectée en permanence, dans sa totalité, et en présence humaine, ce qui est unique au monde."

Pas encore de soutien régional pour s'équiper

Le nom d'Airsteril a récemment été cité au parlement bruxellois. La leader de l'opposition Alexia Bertrand (MR) l'a évoqué comme un exemple de ces solutions innovantes qui pourraient contribuer à un déconfinement progressif ou à la gestion des risques. La libérale interrogeait la secrétaire d'État à la transition économique Barbara Trachte (Ecolo) sur l'attention et le soutien accordé par l'exécutif bruxellois au développement de ces innovations. Dans la foulée, le député Michaël Vossaert (DéFI) demandait si la Région envisageait une aide financière pour aider les secteurs à se doter de diverses technologies. La secrétaire d'État écologiste ne s'est pas prononcée sur ce point mais a fait savoir que la Région avait stimulé la recherche et le développement dans ce secteur, notamment au travers de plusieurs appels à projet lancé par Innoviris.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés