Publicité

Réouverture des boîtes de nuit bruxelloises le 1er octobre, avec covid safe ticket

Les boîtes de nuit et autres dancings pourront enfin rouvrir jusqu'à l'aube dans un peu plus de cinq semaines. ©Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE

Le gouvernement bruxellois et la Brussels by Night Federation sont parvenus à un accord pour rouvrir les boîtes de nuit de la capitale le 1er octobre prochain, en fonction de la situation épidémiologique.

"Je suis super heureux, et je ne suis pas le seul, Bruxelles va pouvoir retrouver la vie." La joie de Lorenzo Serra, le porte-parole de la Brussels by Night Federation, est réelle: le 1er octobre prochain, après plus d'un an et demi d'arrêt, le monde de la nuit bruxellois devrait pouvoir reprendre ses activités sous conditions.

"Certains établissements vont devoir tout refaire en cinq semaines, notamment en engageant et en formant du personnel ou en se rééquipant."
Lorenzo Serra
Porte-parole de la Brussels by Night Federation

Un accord en ce sens est intervenu ce mercredi entre l'exécutif bruxellois et l'organisation. Pour pouvoir rouvrir leurs portes, les acteurs nocturnes de la capitale exigeront le covid safe ticket (CST). Une demande qui émane du secteur lui-même, précise Lorenzo Serra. "Les derniers événements tests nous ont montré que c'était facile à mettre en œuvre, nous privilégions la sécurité."

Les boîtes de nuit et autres dancings pourraient dès lors rouvrir jusqu'à l'aube dans un peu plus de cinq semaines. Une excellente nouvelle, qui ne va pas sans quelques appréhensions. "Certains vont devoir tout refaire sur ce laps de temps, notamment en engageant et en formant du personnel ou en se rééquipant."

C'est l'une des raisons pour lesquelles la fédération s'est opposée à une réouverture partielle. "Les jauges n'ont aucun sens, ni sanitairement, ni économiquement. Nous souhaitions rouvrir à pleine capacité avec le CST et nous avons été entendus", explique Lorenzo Serra.

Soutien de la Région

D'autres interrogations restent en suspens. Les exploitants bruxellois se demandent ainsi si leurs confrères flamands et wallons imposeront également le CST. C'est l'une des questions sur lesquelles devra se pencher le prochain comité de concertation le 10 septembre prochain, qui établira les conditions de ce redémarrage.

Le secteur demande également des mesures supplémentaires, comme la prolongation des aides publiques pour une période d'au moins six mois, une TVA rabaissée à 6% ou encore des subventions pour l'installation de systèmes d'aération. "Nous ignorons de quels montants nous pourrons disposer, mais il y aura une aide de la Région", se félicite Lorenzo Serra.

Celui-ci se réjouissait plus encore de la reconnaissance des autorités bruxelloises. "Le gouvernement a compris le rôle de l'industrie de la nuit dans l'écosystème bruxellois. Ce n'était pas un bras de fer, mais une discussion conviviale et constructive."

3
établissements sur 20
Depuis l'arrivée de la pandémie en Belgique en mars 2020, trois établissements, sur la vingtaine que compte la région, sont actuellement en réorganisation judiciaire.

Le secteur a énormément souffert des mesures sanitaires depuis l'arrivée de la pandémie en Belgique en mars 2020. Interdits de réouverture depuis lors, trois établissements, sur la vingtaine que compte la région, sont actuellement en réorganisation judiciaire.

Les modalités pratiques

Conformément à la décision fédérale, le Covid Safe Ticket ne peut-être appliqué pour les évènements jusqu'à 200 participants en intérieur et jusqu'à 400 participants en extérieur.  Le port d'un masque buccal y est obligatoire, de même que le maintien d'une distanciation sociale et la fin de l'événement à 1h.  L'événement est soumis à autorisation de l'administration locale appliquant le le Covid Event Risk Model (CERM) ou Covid Infrastructure Risk Model (CIRM).

Pour les événements comptant plus de 200 participants à l'intérieur (avec une limite de 3.000) et 400 participants à l'extérieur (avec une limite de 5.000) il y a deux possibilités assorties de l'obligation de fermeture à 1h, a indiqué mercredi le cabinet du ministre-président bruxellois: 

  • Sans Covid Safe Ticket, le port du masque est obligatoire et une distanciation sociale de minimum 1,5m doit être maintenue. La fin de l'événement doit avoir lieu au plus tard à 1h. L'autorisation de l'administration locale qui applique le Covid Event Risk Model (CERM)/ Covid Infrastructure Risk Model (CIRM) est requise.
  • Avec le Covid Safe Ticket, les obligations de port du masque et de respect de  distanciation sociale ne sont pas obligatoires. La fin de l'événement est fixée à 1h. L'autorisation de l'autorité locale est requise, sans application du CERM/CIRM.

Les événements prévus pour plus de 3.000 participants ne sont possibles qu'avec le CST, jusqu'à 1h. Ils sont soumis à un feu vert de l'autorité locale sans CERM/CIRM

Ces règles restent applicables sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale jusqu'à nouvel ordre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés