Tous les partis veulent cacher les sacs-poubelle à Bruxelles

Des sacs-poubelle alignés le long des façades, c’est normal dans les rues de la capitale les jours de collecte. ©ImageGlobe

Tous les partis promettent la mise en place de conteneurs enterrés pour réduire la présence de sacs-poubelle dans les rues. Les premiers retours du projet pilote sont cependant mitigés.

Des sacs-poubelle en plastique jonchant les trottoirs, cela n’a rien d’inhabituel dans la capitale. Mais la collecte en porte-à-porte laisse perplexe la plupart des visiteurs ou expatriés installés en Région bruxelloise. Faisant figure d’exception avec un tel système de ramassage, Bruxelles pourrait cependant évoluer vers d’autres méthodes dans les années à venir. À quelques encablures du scrutin régional, tous les partis préconisent en effet l’invisibilisation de nos sacs-poubelle.

Éventrement de sacs, nuisances olfactives, dégradations esthétique et visuelle de l’espace public, mauvaise image de la ville… Dans son programme, le MR dit tout le mal qu’il pense du dispositif actuel, décrit comme étant "peu efficace et archaïque". Les libéraux proposent la mise en place de modes de collecte différenciés en fonction des spécificités des quartiers: containers enterrés en voirie, containers intégrés dans l’habitat en sous-terrain et accessibles par raccordement depuis les habitations, mini-containers individuels sur roulettes, etc.

Pour DéFI aussi, il convient d’évoluer vers un nouveau système de conteneurs intelligents, si possible enfouis sous terre, afin de supprimer à terme les collectes bi-hebdomadaires en porte-à-porte. Les programmes du cdH et d’Ecolo – qui doivent encore être approuvés – contiendront également des propositions visant à développer progressivement la mise à disposition de conteneurs pour recueillir les déchets ménagers. Du côté néerlandophone, Pascal Smet (sp.a) est plus radical. Sa liste One Brussels plaide pour un remplacement "en urgence" de la collecte en porte-à-porte par l’installation de conteneurs souterrains à une distance maximale de 100 mètres de chaque habitation.

Résultats contrastés

Il est difficile d’enterrer des conteneurs à Bruxelles vu la présence en sous-sol de nombreux impétrants.

Le Parti socialiste se montre plus réservé en la matière en plaidant pour l’installation de containers enterrés intelligents uniquement dans les nouveaux quartiers et logements publics, et pour la mise en place de containers individuels, sur base volontaire, dans les zones fréquentées par les renards et les pies. En charge de cette compétence depuis 2014, la secrétaire d’État Fadila Laanan rappelle qu’il est compliqué d’enterrer des conteneurs à Bruxelles vu la présence en sous-sol de nombreux impétrants. Le programme du PS se veut dès lors "réaliste", tenant compte de la réalité du terrain.

En outre, les premiers résultats du projet pilote de conteneurs enterrés intelligents dans le quartier Erasmus Gardens, à Anderlecht, sont contrastés. D’un côté, l’enfouissement entraîne un gain de place et une amélioration de l’esthétique tandis que la transmission des données de remplissage permet de planifier des interventions rapides de ramassage. De l’autre, Bruxelles-Propreté a observé une baisse de la qualité du tri à l’intérieur des conteneurs et la présence de nombreux dépôts à leurs abords. Il faut toutefois attendre l’introduction prochaine du système sur deux nouveaux sites à Laeken pour disposer d’un échantillon plus important et obtenir un premier bilan pertinent, précise le cabinet de Fadila Laanan (PS).

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect