Un nouveau projet de stade... avorté dans l'œuf

©Faculté d'architecture La Cambre-Horta (ULB)

Un nouveau projet de stade national est en gestation depuis des mois. Ses concepteurs assurent avoir l'oreille des politiques locaux. Réagissant à la sortie du projet dans la presse, ceux-ci nient en bloc.

On est encore bien loin de voir les Diables Rouges fouler la pelouse d'un stade - neuf ou rénové - au Heysel. Et l'absence d'un gouvernement fédéral de plein exercice est venue prolonger - avorter? - la gestation du dernier bébé jusqu'ici discrètement porté par ses géniteurs privés, qui assurent parler depuis des mois à l'oreille du politique régional et local.

Ce dernier avatar de stade national, évoqué mardi sur le plateau de LN24 par l’architecte bruxellois Francis Metzger, fait pourtant sens. Techniquement, car financièrement, rien n’est encore abouti pour débusquer les centaines de millions nécessaires. Une somme qu’il faudrait budgéter rapidement si on veut voir ce nouveau stade construit dans un délai que l’architecte promet très court pour pareil ouvrage.

Le stade imaginé par Francis Metzger et ses étudiants prendrait place sur le site de l’actuel Trade Mart, propriété du texan Crow Holding et d’AG Real Estate. Ou presque: c’est la Ville de Bruxelles qui reste propriétaire du tréfonds (terrain) cédé en 1973 sous emphytéose (90 ans) à Crow Holding, qui y a construit les 141.000 m2 du Trade Mart avant d'en revendre 50% à AG Real Estate en 2009. Aujourd’hui âgés de 45 ans, ses murs auraient eux aussi besoin d’un sérieux lifting, tout comme le vieux stade Roi Baudouin voisin.

"Insensé!"

Seulement voilà: dans l’équation chiffrée par les concepteurs, le budget de construction d’un stade pouvant accueillir 40.000 personnes oscillerait entre 150 et 300 millions. "C'est tout bonnement insensé!", réagit Benoît Hellings, l'échevin Ecolo des Sports à la Ville de Bruxelles.

"Rien que le prix à débourser pour racheter l'actuel Trade Mart et récupérer la maîtrise sur le foncier est impayable pour la Ville."
Benoît Hellings
Echevin des Sports à la Ville de Bruxelles

Il motive: "Monsieur Metzger a participé, comme quasi toutes les écoles d'architecture, au concours lancé conjointement au printemps 2019 par l'Union belge de football (URBSFA) et l'organisateur du meeting d'athlétisme (Golazo) pour redessiner les contours du stade Roi Baudouin. Mais le projet qu'il présente ne respecte en rien le cahier des charges et sort complètement des clous. Rien que le prix à débourser pour racheter l'actuel Trade Mart et récupérer la maîtrise sur le foncier est impayable pour la Ville", insiste-t-il.

Avanti... Retro

Dans le sérail bruxellois, il se dit à demi-mots aujourd'hui que, vu l'ambiance politique plombée et l'état actuel du budget fédéral, plus jamais le pays ne pourra s'offrir un stade national. L'ultime solution pragmatique? Une tournante: les Diables Rouges joueraient à tour de rôle dans les stades privés répondant aux normes UEFA. On en est là. Et tant pis pour l'image. Mais quid alors de l'avenir du stade actuel?

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés