Un second "lycée français" ouvrira ses portes à Uccle

©Tim Dirven

Le groupe éducatif Odyssey, soutenu par les Mulliez (Auchan), a signé avec les Bogaerts pour ouvrir une école privée française dans la capitale.

Nouveau venu dans le paysage éducatif belge. L’EFI Bruxelles, pour école française internationale de Bruxelles, devrait ouvrir ses portes en septembre dans la capitale, à destination des élèves allant de la maternelle (3 ans) jusqu’au CM1 (9-10 ans) pour l’heure, a-t-on appris à bonne source. Avec, in fine, l’idée d’aller jusqu’au niveau du lycée (18 ans), voire même, pourquoi pas, d’organiser des prépas (classes préparatoires) aux grandes écoles d’outre-Quiévrain que sont les HEC Paris et autres Sciences Po.

Un concurrent, à terme, du célèbre lycée français Jean Monnet, créé en 1907 et qui a vu défiler sur ses bancs des personnalités telles que Nicolas Sirkis (Indochine) ou Françoise Nyssen (ex-ministre française de la Culture)? "Il ne faut pas le voir comme ça, tempère d’emblée Jonathan Derai, directeur général du réseau scolaire Odyssey, derrière le projet bruxellois. Avec ses 2.800 élèves, le lycée français de Bruxelles était saturé, surtout au vu de la forte demande. Nous avons donc souhaité compléter l’offre."

Mais avec un positionnement différent. "Le projet, de taille humaine, s’appuie sur une pédagogie active, centrée sur l’enfant, son développement personnel, son bien-être. On veut qu’il ait le sourire quand il vient à l’école", explique Bernard Delesalle, président d’Odyssey et président d’honneur de la fédération des écoles privées laïques sous contrat d’association avec l’Etat français. Tout cela, dans l’optique de le conduire jusqu’au Bac, tout en lui proposant en cours de route des certifications linguistiques (TOEFL, IELTS…) – tout comme les 500 autres écoles françaises homologuées dans le monde, d’ailleurs, dont le président français Emmanuel Macron entend doubler le nombre d’élèves d’ici 2030.

"Avec ses 2.800 élèves, le lycée français de Bruxelles était saturé, surtout au vu de la forte demande. Nous avons donc souhaité compléter l’offre."
Jonathan Derai
directeur général du réseau scolaire Odyssey

Bref, de quoi plaire aux 150.000 Français que compte la capitale (pour 300.000 dans le pays, d’après les dernières estimations du Consulat général de France), mais aussi aux Belges (peu importe leur langue maternelle) ou bien aux étrangers.

De par ce cosmopolitisme voulu et assumé, l’enseignement dispensé sera bilingue (anglais-français), "afin d’offrir le meilleur des deux mondes".

Dans les mêmes murs que l’école de codage 19

Concrètement, pour la centaine d’élèves attendus lors de la première rentrée, l’école devrait ouvrir ses portes sur le domaine de Latour de Freins, à Uccle, où elle occupera l’aile gauche du château de 6.000 mètres carrés de la famille Bogaerts où sont déjà logées la Bogaerts International School (BIS) et, au dernier étage, 19, l’école de codage version bruxelloise de 42, l’école fondée notamment par le milliardaire français Xavier Niel (Iliad).

Les deux parties se sont rencontrées lors d’un congrès. David-Ian Bogaerts, directeur de Bogaerts Education, a été conquis par l’expérience de Bernard Delesalle dans l’éducation. "J’ai vite vu que nous partagions les mêmes valeurs", dit-il.

Mais aussi, force est de constater qu’Odyssey, né il y a 4 ans et comptant un ancien ministre de l’Education nationale dans son board (en la personne de Luc Chatel), n’en est pas à son coup d’essai. Elle compte déjà une école, sa première, à Casablanca, ouverte fin 2017, et une autre, plus récente, à Bucarest. D’ici 2025, le groupe éducatif a pour ambition d’atteindre 10.000 élèves et 1.300 enseignants et collaborateurs dans une dizaine de pays.

Dans cette aventure, il sera soutenu par les Mulliez (Auchan), actionnaires minoritaires du groupe éducatif depuis février dernier, moment de l’entrée au capital de Creadev, véhicule d’investissement et d’accompagnement entrepreneurial de la famille, dans le cadre d’un préfinancement des projets d’expansion à hauteur de 11 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect