Vervoort et Michel s'égratignent à distance sur le Stade national

©BELGA

Rudi Vervoort (PS) cite le gouvernement d'un Charles Michel (MR) qui "n'a jamais levé le petit doigt sur ce dossier" parmi les responsables du "fiasco" du Stade national. De son côté, le Premier ministre dit regretter les "affabulations" du chef du gouvernement bruxellois.

Ça chauffe entre le Fédéral et la Région bruxelloise. A la suite du retrait par les instances du football européen de la candidature de Bruxelles pour l'Euro 2020, le ministre-président bruxellois pointe la responsabilité de personnes "qui ne visaient qu'une seule chose: faire échouer l'affaire".

"Charles Michel n'a jamais levé le petit doigt sur ce dossier (...) parce qu'il est incapable de faire quoi que ce soit face à une N-VA qui n'aurait jamais toléré que le gouvernement s'empare du dossier"
Rudi Vervoort (PS)
Ministre-président bruxellois

Dans une interview à La Dernière Heure, Rudi Vervoort cible "entre autres: l'Union belge de football, le gouvernement fédéral, Bart Verhaeghe (vice-président de l'Union belge, promoteur de Uplace - concurrent de Neo - et président du FC Bruges, NDLR)".

Pour le Bruxellois, le chef du gouvernement fédéral, "n'a jamais levé le petit doigt sur ce dossier (...) parce qu'il est incapable de faire quoi que ce soit face à une N-VA qui n'aurait jamais toléré que le gouvernement s'empare du dossier, porte une sorte d'union des forces vives belges pour mener ce projet à bien".

Des mots qui ont fait sortir le Premier ministre de sa réserve. "Je regrette les affabulations du ministre-président. Si le dossier était tellement important aux yeux du gouvernement bruxellois, pourquoi en trois ans de temps, à l'occasion de plus de 25 réunions du comité de concertation, n'a-t-il à aucun moment demandé un avis ou un soutien", a ainsi réagi Charles Michel, sollicité par l'agence Belga.

Le Fédéral va-t-il reprendre la main?

Pour le Premier ministre, "il revient au gouvernement bruxellois de devoir assumer le choix d'avoir opté pour une localisation du stade en dehors de la Région-Capitale, stade qui s'est par ailleurs avéré être trop grand, et sans club de football hôte".

"Si le dossier était tellement important aux yeux du gouvernement bruxellois, pourquoi en trois ans de temps, à l'occasion de plus de 25 réunions du comité de concertation, n'a-t-il à aucun moment demandé un avis ou un soutien."
Charles Michel (MR)
Premier ministre

Toutefois l'affaire n'est pas close et l'espoir de voir un nouveau stade dans la capitale sortir de terre existe encore. Charles Michel a une nouvelle fois affiché, comme il l'avait fait à la Chambre il y a une semaine, sa disponibilité dans ce dossier.

Ça tombe bien, Rudi Vervoort n'a pas caché son envie de voir le Fédéral reprendre la main. "Je propose très sérieusement que le Fédéral s'empare du dossier. Si c'est la Région bruxelloise qui reprend la main, il est certain que ça bloquera en Flandre. Donc, ça ne peut être que le fédéral". Mais Rudi Vervoort s'interroge aussi sur la force de persuasion du gouvernement fédéral dans ce dossier. "A-t-il la capacité de le faire? Y a-t-il une volonté politique? À eux de le démontrer", a encore lancé le ministre-président bruxellois pour qui "la rénovation du stade Roi Baudouin n'est plus une option."

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés