Voici à quoi ressemblera le métro bruxellois en 2040

©belga

D’après la nouvelle mouture du PRDD, le métro bruxellois sera étendu et densifié dans toutes les directions.

Tous ceux qui n’en peuvent plus de subir au quotidien les embouteillages bruxellois trouveront peut-être ici quelques raisons d’espérer. Du moins s’ils sont suffisamment patients. D’ici 2040 en effet, Bruxelles devrait enfin être dotée d’un réseau de métro digne d’une capitale nationale et internationale.

Si l’on se fie à la nouvelle mouture du Plan régional de développement durable (PRDD) approuvée par le gouvernement bruxellois et que nous avons pu consulter, le métro sera étendu et densifié dans toutes les directions (voir infographie). Mais comme il s’agit de chantiers extrêmement lourds, tout cela prendra du temps, beaucoup de temps.

©Mediafin

Les choses devraient se dérouler en deux phases. La première s’étend jusqu’en 2025 et est déjà planifiée. Il s’agit d’installer une ligne de métro entre Bordet et Albert. Un chantier qualifié de "priorité régionale" dans le projet de PRDD. Ce qui signifie concrètement:

- convertir en métro la liaison prémétro existante entre Albert et Gare du Nord;

- prolonger le métro de la Gare du Nord vers Bordet, afin de desservir les quartiers du Nord-Est et de créer un pôle d’échange avec les lignes SNCB 26 et 36.

Dans le même temps et toujours pour 2025, les autorités bruxelloises ont prévu de:

- réaliser deux tunnels prémétro à Meiser, avec une station sous la place;

- de renouveler le système de signalisation métro par un dispositif permettant d’exploiter le réseau existant à des fréquences plus élevées (+ 36% de capacité).

La petite ceinture sera clôturée avec un arrêt à Tour & Taxis.

Priorités pour 2040

Une fois cette première phase de travaux terminée, on pourra passer à la vitesse supérieure avec comme échéance 2040. L’objectif est de démarrer le chantier en 2024, soit dans la foulée de la finalisation de l’extension Bordet-Albert. Ce qui nécessite de préparer le terrain sans tarder. C’est pourquoi il est préconisé de lancer immédiatement "une étude concernant le maillage optimal du réseau de métro à l’horizon 2040".

Le projet de PRDD énumère d’ores et déjà quelques priorités:

- Un métro Sud: vers Forest et Uccle;

- Un métro Ouest pour lequel deux axes sont prévus: 1) Simonis-Berchem-Grand Bigard, 2) rocade Ouest, de la Gare de l’Ouest vers Jette et Laeken au nord et vers le Westland Shopping au sud;

- Un métro Est: moyenne ceinture (en tenant compte du réseau ferroviaire);

- Une ligne de métro qui reliera: Delta, Gare d’Etterbeek, Flagey, Luxembourg, Maelbeek, Saint-Josse, Botanique, vers Simonis via Rogier, Yser et Ribaucourt;

- La clôture de la petite ceinture: on ajoute des arrêts à Tour & Taxis, Canal et Gare du Nord entre Simonis et Botanique.

Le tram aussi

Si le métro constitue assurément le plus gros chantier, le tram n’a pas été oublié. Trois chantiers majeurs sont proposés:

- Le prolongement de la ligne T3 depuis l’arrêt Esplanade jusqu’au Heysel;

- La création de la ligne T9 de Simonis jusqu’à l’UZ VUB puis vers le Heysel;

- Le prolongement de la ligne T94 jusqu’à Roodebeek, et ensuite son prolongement vers Evere ou Schaerbeek.

Qui va payer?

Reste à voir qui va payer tout ça. Rien que le tronçon de métro entre la Gare du Nord et Bordet a été estimé par le cabinet de Rudi Vervoort à 1,8 milliard d’euros. Or l’expérience du passé nous enseigne qu’en matière de travaux publics, les budgets initiaux sont rarement respectés… Le projet de PRDD, lui, parle d’un "financement (qui) sera commun aux différents acteurs concernés (Fédéral, Régions)". Autrement dit, tout le monde devrait être mis à contribution.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés