mon argent

25% des indépendants attendent encore leur droit passerelle

Les conditions d'accès au droit passerelle ont été durcies depuis le 1er septembre. ©Photo News

Certains organismes de paiement accusent du retard dans le paiement du droit passerelle pour les indépendants forcés à arrêter leur activité suite à la crise du Covid-19.

Un indépendant sur quatre attend toujours de recevoir l'indemnité à laquelle il a droit pour l'arrêt de son activité suite à la pandémie de coronavirus, relève Le Soir ce mercredi.

En effet, plusieurs organismes de paiement accusent un certain retard dans le paiement du droit passerelle. Il s'agit d'une indemnité pour les indépendants qui équivaut au chômage temporaire pour les salariés. Ce droit passerelle s'élève à 1.614,10 euros pour les indépendants ayant une famille à charge et à 1.291,69 euros pour les autres.

1.291,69 €
C'est le montant de l'indemnité "droit passerelle" pour les indépendants sans famille à charge.

Pourquoi un tel retard?

Selon le cabinet du ministre des Indépendants, Denis Ducarme (MR), "25% des paiements doivent encore être effectués" pour les indemnités. Plus précisément, 4 caisses de paiement ont effectué entre 90 et 100% des versements, 5 se situent autour de 70%, et 2 plus petites caisses doivent encore clôturer plus de 50% des dossiers.

"25% des paiements doivent encore être effectués."
Cabinet de Denis Ducarme
Ministre des Indépendants (MR)

Ce retard s'explique par le fait que les règles d'octroi ont changé. "Jusqu'en juin, la règle était de payer le plus vite possible", explique Thierry Evens, porte-parole de l'Union des classes moyennes (UCM). "Mais désormais, les instructions qui nous sont envoyées par l'Inasti remplissent douze pages." L'augmentation des exigences a accru d'autant la durée d'examen de chaque dossier.

De nouvelles conditions d'accès

Le Conseil des ministres a approuvé, fin juillet, un arrêté royal prolongeant le droit passerelle coronavirus jusqu'à fin 2020 (pour les secteurs encore soumis à des limitations d'activité) et le droit passerelle de reprise jusqu'à fin octobre.

De nouvelles conditions d'accès durcies sont également d'application depuis le 1er septembre. Vous les retrouverez toutes ici.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés