43 à 50 milliards de déficit: sombre tableau pour les finances publiques

©BELGA

Le ministre du Budget David Clarinval (MR) a fait le point à la Chambre sur la situation des finances publiques belges. Les nouvelles ne sont pas bonnes. Le déficit budgétaire pour l’ensemble des pouvoirs publics devrait se situer entre 10% et 12% du PIB.

En commission Finances et Budget à la Chambre ce mardi matin, le ministre du Budget David Clarinval (MR) fait le point sur la situation des finances publiques belges. Sans surprise, ce n’est pas joli joli. 

Selon les dernières estimations (datant du 5 juin) et compte tenu de l’ensemble des mesures prise à ce stade, le déficit budgétaire pour l’ensemble des pouvoirs publics devrait se situer entre 10% et 12% du produit intérieur brut (PIB), soit entre 43 et 50 milliards d’euros, ressort-il des éléments transmis par le ministre en commission. 

Mesures fédérales déjà chiffrées à "presque 10 milliards d'euros" 

David Clarinval a notamment indiqué que l’impact budgétaire des nombreuses mesures fédérales prises à ce stade représente un coût total de "presque 10 milliard d’euros", auquel s’ajoutent des mesures régionales estimées à 4,3 milliards d’euros.

Quant aux recettes fiscales, selon les estimations du SPF Finances, le Covid-19 devrait peser sur les recettes fiscales 2020 à hauteur de 19,4 milliards d’euros, dont près de la moitié du côté du précompte professionnel et près d’un quart en TVA.

10 à 12%
du PIB
Le déficit budgétaire pour l’ensemble des pouvoirs publics devrait se situer entre 10% et 12% du PIB en 2020.


Le ministre du Budget a rappelé le scénario du Bureau fédéral du Plan: une reprise en V n’est plus envisagée mais plutôt une reprise en "Nike", autrement dit une reprise plus progressive. Cela se traduirait par une chute du PIB de 10,6% en 2020 suivie d’un rebond de 8,2% en 2021.

Deux raisons principales expliquent ce ralentissement: une "forte contraction des investissements" mais aussi une "baisse de la consommation des particuliers". David Clarinval a glissé au passage que "les particuliers ont épargné environ 10 milliards d’euros en plus sur les comptes d’épargne pendant cette période coronavirus". 

L’activité économique en Belgique en recul de 16 % au deuxième trimestre (BNB) 

"Les mesures de confinement liées au Covid-19 ont provoqué un choc économique sans précédent dans l’histoire moderne", note la Banque nationale de Belgique (BNB) dans un communiqué diffusé ce mardi qui s'attend à "une chute vertigineuse" de la croissance du PIB belge au deuxième trimestre de 2020. 

Il est actuellement difficile pour la BNB de fixer des prévisions tant l'incertitude dans de nombreux secteurs est beaucoup plus élevée que d'habitude.

"Les informations tirées d’enquêtes suggèrent une perte d’approximativement 30 % de la production dans le secteur privé durant les semaines de confinement et une reprise seulement très progressive par la suite", indique la BNB. "Étant donné que nous ne prévoyons actuellement pas de reprise complète d’ici la fin du mois de juin (et que nous partons de l’hypothèse que les pertes de chiffres d’affaires ne seront ramenées qu’à quelque 15 %), il semble de plus en plus probable que la valeur ajoutée du secteur privé, qui représente plus de 80 % de celle de l’ensemble de l’économie, reculera d’environ 20 % au deuxième trimestre". 

Ce qui fait dire à la BNB que globalement, "la croissance du deuxième trimestre s’établira à -16 % environ". 

> Le communiqué de la BNB


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés