Publicité

La flambée des prix de l'énergie continue de pousser l’inflation

La flambée des prix de l'énergie se poursuit. ©Photo News

La hausse des prix en Belgique a atteint 2,86% au mois de septembre contre 2,73% en août. En cause, la flambée des prix de l'énergie. Mais le phénomène devrait bientôt s'estomper.

L’inflation en Belgique poursuit son inexorable progression, poussée par la flambée des prix de l’énergie. Au mois de septembre, la hausse des prix a atteint 2,86%. C’est le huitième mois consécutif de hausse. En août, l’inflation était de 2,73%. La composante énergétique de l’inflation a quant à elle bondi de 19,37% sur un an.

2,86%
Au mois de septembre, la hausse des prix a atteint 2,86%.

Ce sont des chiffres qui interpellent. Mais il convient également d’élargir le spectre. Si on prend l'inflation sous-jacente, qui ne tient pas compte de l'évolution des prix des produits énergétiques ni des produits alimentaires non transformés, elle s'établissait à 1,61% en septembre. Ce qui représente même un léger tassement par rapport au mois d’août (1,65%). "Nous ne sommes pas en présence d’un phénomène d’inflation généralisée", souligne Philippe Ledent, économiste chez ING et chargé de cours à l’UCLouvain.

De son côté Philippe Defeyt, économiste et directeur de l’Institut pour un développement durable (IDD), souligne dans une étude publiée mercredi que le prix relatif du gaz est remonté à son niveau de 2006. Dans l’intervalle, le prix du gaz a eu tendance à baisser, comparé à l’évolution du PIB. Le constat ne vaut pas pour l’électricité où les prix relatifs ont brutalement augmenté entre 2014 et 2016. Et ils n’ont pas baissé depuis.

"Nous ne sommes pas en présence d’un phénomène d’inflation généralisée."
Philippe Ledent
Economiste chez ING

Les prochains mois montreront si l’inflation actuelle est destinée à s’inscrire dans le temps. Cela fera bientôt un an, en effet, que les prix de l’énergie ont commencé à grimper. "Si les prix se stabilisent, même à un niveau élevé, l’inflation va automatiquement ralentir", rassure Philippe Ledent.

Deux éléments seront, à cet égard, déterminants. La flambée du prix du gaz s’explique d'abord par une série de facteurs temporaires: un printemps froid, d’importantes opérations de maintenance d’installations gazières en Russie et en Norvège, des livraisons maritimes de LNG privilégiant l’Asie où la reprise était plus précoce qu’en Europe. Ces facteurs devraient s’estomper, selon Philippe Ledent.

"La capacité des entreprises à transmettre les hausses de coûts sur les prix de vente semble donc pour l’heure assez limitée."
Philippe Ledent

Effets de second tour

L’autre question est plus fondamentale, à savoir dans quelle mesure les entreprises vont-elles répercuter la hausse des coûts sur leurs prix de vente. "Pour l’instant, ce n’est pas le cas", constate Philippe Ledent et il s’en étonne d’ailleurs: "Les prix des matières premières ont grimpé en flèche et le coût du transport maritime a explosé. Or cela n’a pas eu de réelle conséquence sur les prix à la consommation jusqu’ici. La capacité des entreprises à transmettre les hausses de coûts sur les prix de vente semble donc pour l’heure assez limitée. Mais c’est un paramètre qu’il va falloir surveiller."

Pour l’heure, il n’y a pas lieu de redouter de tels effets de second tour. Philippe Ledent anticipe une inflation de 1,9% en 2022. De son côté, la Banque centrale européenne table sur un retour de l’inflation sous la barre des 2% en 2022.

Indexation

2%
A partir du 1er octobre, les salaires dans la fonction publique augmenteront de 2%.

En attendant, l’inflation actuelle n’est pas sans conséquence sur les salaires. A partir de ce 1er octobre, les salaires dans la fonction publique augmenteront de 2%. C’est le résultat du franchissement de l’indice pivot au mois d’août. Ce franchissement a eu lieu plus tôt que prévu. Les allocations sociales et les pensions ont déjà été augmentées de 2% au mois de septembre.

La plupart de ceux qui travaillent dans le secteur privé devront en revanche patienter encore un peu. Certains secteurs adaptent les salaires au début de l’année qui suit, d’autres le font tous les mois ou chaque trimestre.

Revoir notre vidéo: pourquoi l'inflation s'envole

Inflation en hausse, quelles conséquences pour vous ?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés