Les Blouses Blanches refinancées dans l'urgence

©REPORTERS

L'amendement sur le fonds "blouses blanches" a été voté à l'unanimité en commission Santé. Le dispositif prévu intégrera le personnel infirmier aussi bien en hôpital qu'à domicile.

Mardi, le groupe de travail présidé par Marc Goblet (PS) a trouvé un accord sur le moyen de mettre en oeuvre le fonds "blouses blanches". Ce mercredi, en Commission Santé de la Chambre, la proposition de loi a été votée à l'unanimité. Elle devrait passer en séance plénière ce jeudi.

Le groupe de travail présidé par Marc Goblet a trouvé un accord autour du "fonds" blouses blanches. "Notre accord prend en compte l'intérêt de tout le secteur", assure le chef du groupe. ©Photo News

Cette proposition de loi vise principalement à transmettre 59 millions d'euros vers les fonds Maribel Social, cette année encore. Les différents fonds détermineront dans les prochains mois la façon dont ce budget va être utilisé. 8 millions d'euros sont aussi prévus pour les indépendants, qui devront déterminer la manière de les utiliser. Le but: améliorer les conditions de travail et engager du personnel supplémentaire, principalement. "Ce fonds permet de prendre en compte les conditions d’hospitalisations pour le patient, les conditions de travail pour les prestataires de soins et aussi le suivi en octroyant des moyens supplémentaires pour les prestataires de soins à domicile", explique Caroline Taquin, députée MR.

Pour rappel, la Chambre avait approuvé par amendement à la loi sur les douzièmes provisoires la création de ce fonds destiné à améliorer le sort du personnel infirmier. Cet amendement, initié par le PTB, devait toutefois être mis en oeuvre par une proposition de loi.

L'accord dégagé mardi avait réuni les socialistes, les écologistes, les libéraux, le PTB, le cdH et le CD&V. Il concerne le personnel infirmier qui relève de l'échelon fédéral, c'est-à-dire les hôpitaux mais aussi à domicile, que ce soit comme salarié ou indépendant. Le personnel infirmier des autres niveaux de pouvoir n'est pas concerné.  

Avec ces moyens, nous offrons un peu d'oxygène au personnel des soins de santé, qui croule sous la pression au travail. C'est une victoire importante pour les blouses blanches, obtenue grâce à leur mobilisation depuis des mois.
Raoul Hedebouw
Chef de groupe PTB

Du côté de la CNE, syndicat chrétien des employés, on se réjouit de voir que ce fonds prend forme, mais on lance quand même un avertissement. "Nous osons espérer que le budget correspondra bien aux réelles infirmières indépendantes (et pas aux très nombreuses infirmières indépendantes complémentaires). De même, nous serons très attentifs à la manière dont ce budget sera utilisé chez les indépendantes: comment créer de l’emploi supplémentaire? Comment réduire la charge de travail quand c’est l’indépendante qui décide elle-même?" Le syndicat chrétien dit aussi craindre un détournement des fonds... "La formulation de la proposition permettrait de détourner des moyens vers un refinancement des hôpitaux plutôt que l’amélioration des conditions de travail. Les organisations syndicales seront particulièrement attentive à l’empêcher."

L'accord prévoyait aussi le dégagement de 402 millions d'euros sur base annuelle dès 2020. Un engagement a été pris par les différents partis pour que 100 millions soient prévus dans la prochaine loi ouvrant les douzièmes provisoires pour janvier, février et mars et que le fonds soit pérennisé dans le cadre des négociations gouvernementales, a expliqué Marc Goblet Goblet.

"Il faut maintenant poursuivre afin de revaloriser le métier d’infirmier pour lutter aussi face à la pénurie en la matière. Et garantir des conditions de travail de qualité. Cela fait partie des objectifs pour 2020", insiste la députée Caroline Taquin.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect