Publicité

Alexander De Croo: "L'orientation générale [du budget] est peu remise en cause"

Le Premier ministre Alexander De Croo aux côtés du président de l'Open Vld, Egbert Lachaert, lors des débats sur le budget à la Chambre le 13 octobre. ©Photo News

Le Premier ministre Alexander De Croo s'est exprimé dans la nuit sur le budget présenté par la Vivaldi. Le vote de confiance est attendu à la Chambre à partir de 15h ce jeudi.

Après 16 heures de débats sur sa déclaration de politique générale, le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a pris la parole sur le coup de 2h00 du matin à la Chambre pour défendre le budget présenté par la coalition Vivaldi.

"(...) Ce gouvernement mène une politique du centre. Et il faut toujours le faire dans le contexte dans lequel on se trouve. Parfois, j'ai l'impression que certains ne tiennent pas compte de cela."
Alexander De Croo
Premier ministre

"Ce qui me frappe, c'est que certains indiquent que l'on va trop loin, et que d'autres disent que l'on ne va pas assez loin. Mais l'orientation générale est peu remise en cause", a-t-il observé.

"Personne ne remet vraiment en cause la ligne. Ce gouvernement mène une politique du centre. Et il faut toujours le faire dans le contexte dans lequel on se trouve. Parfois, j'ai l'impression que certains ne tiennent pas compte de cela."

Le climat en priorité

Le Premier ministre est notamment revenu sur le débat sur la sortie du nucléaire, qui a animé les discussions toute la journée. "Le débat sur le climat est circonscrit par certains à un débat pour ou contre le nucléaire. Les dogmes passent de l'un vers l'autre. Tous ceux qui suivent le débat de près savent que nous devons fermer 5 des 7 réacteurs. La question sur les deux derniers réacteurs n'est pas dogmatique au sein du gouvernement. Il s'agit d'une décision très rationnelle sur la base d'une enchère qui a eu lieu et dont nous recevrons d'ici peu les résultats. Deux critères seront analysés: la sécurité d'approvisionnement et l'impact sur les prix." 

En fonction des résultats des enchères concernant la construction de centrales au gaz dans le cadre du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), le gouvernement évaluera s'il maintient ou non les réacteurs de Doel 3 et Tihange 4 au-delà de 2025.

Quoiqu'il en soit, selon Alexander De Croo, le climat est "la priorité numéro un que nous devons avoir à l'esprit." Un rendez-vous important attend, en effet, les partenaires de la Vivaldi avec la COP 26 qui se déroulera du 1er au 12 novembre à Glasgow, en Écosse.

Éviter les "mesures négatives"

"Nous avons eu aussi un débat très vivant à propos de l'incapacité de travail", a poursuivi Alexander De Croo. "Le contrôle, c'est bien, mais la confiance, c'est mieux", a lancé le chef de l'exécutif, rappelant le rôle que jouera la concertation sociale.

"La confiance économique est au plus haut depuis la crise de 2008, tout comme la confiance des consommateurs. Il ne faut donc pas prendre des mesures négatives."
Alexander De Croo
Premier ministre

Selon lui, "les relations au travail sont aujourd'hui beaucoup plus équilibrées". Il a également noté que le gouvernement créait "une dynamique pour que les gens soient motivés pour rejoindre les métiers en pénurie."

"La confiance économique est au plus haut depuis la crise de 2008, tout comme la confiance des consommateurs. Il ne faut donc pas prendre des mesures négatives. Je suis convaincu que cela se traduit dans le budget. Ce qui est soumis est un budget qui procède à des économies, qui réforme et qui investit. C'est un début de trajet, un budget et une politique qui renforceront notre pays", a conclu Alexander De Croo.

À 7h, les débat étaient toujours en cours à la Chambre. Le vote de confiance est attendu à partir de 15h.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés