Bekaert dépasse largement les attentes

©BELGA

Le groupe métallurgique belge, Bekaert, affiche une hausse de 20% de son chiffre d'affaires à 1.061 millions d'euros pour le premier trimestre 2017. Le groupe remarque la solidité du secteur automobile mais déplore l'incertitude quant à ses activités dans les secteurs gazier et pétrolier en Amérique latine.

Le groupe métallurgique belge coté à Bruxelles, Bekaert , note pour le premier trimestre 2017 une hausse de 20% de son chiffre d'affaires à 1.061 millions d'euros. Cette croissance solide reflète une hausse organique du chiffre d’affaires de plus de 10%, un effet positif des mouvements de change de 3% et une croissance de 6,5% provenant des fusions et acquisitions. KBC Securities n'en attendait pas autant puisqu'elle prévoyait une croissance de "seulement" 11% à 980 millions d'euros. Bekaert affiche une croissance supérieure aux attentes dans tous les secteurs.

"Nous avons poursuivi notre croissance dans les secteurs de l’automobile, des fils d’acier industriels et de la construction. Les marchés pétrolier et gazier sont restés faibles et la demande sur le marché solaire était en baisse par rapport au premier trimestre 2016 qui fut très solide. Nous avons réalisé une forte croissance organique dans tous les secteurs, abstraction faite de l’Amérique latine, confrontée à une pression concurrentielle accrue engendrée par des monnaies locales plus fortes et la faiblesse de la demande", détaille le communiqué.

Le chiffre d’affaires global a augmenté de 19%, s’élevant ainsi à 1.223 millions d'euros, grâce à une croissance organique (+6,6%) et à la fusion avec Bridon (+5,6%).

La confiance règne

L’endettement net s’élève à 1.170 millions d'euros, par rapport à 1.068 millions fin 2016 en raison de l’augmentation du fonds de roulement générée par la forte croissance des volumes, plus particulièrement en Asie, partiellement compensée par la forte génération de flux de trésorerie.

La direction s'attend également à élever sa marge REBIT à 10% au cours des 5 prochaines années (alors qu'elle était de 8% en 2016), signe de la confiance du management en l'avenir.

"Le secteur automobile a été très solide au premier trimestre, et nous voyons la solidité sous-jacente continuer. Nous apercevons en Amérique latine plus d’incertitude et une pression concurrentielle venant des importations. Nous ne voyons à court terme aucune amélioration dans les secteurs gazier et pétrolier et nous observons un ralentissement du secteur solaire en raison des modifications des tarifs d’obligation d’achat en Chine. Nous sommes persuadés que nous bénéficierons davantage de nos programmes de transformation dans le courant de l’année et réaffirmons que nous estimons pouvoir réitérer dans l’ensemble notre marge EBIT sous-jacent solide de 2016 et que nous pourrons progresser vers une marge de 10% sur les 5 années à venir, à condition qu’il n’y ait pas de circonstances exceptionnelles et imprévisibles", soutient le communiqué.

Au rayon agenda, Bekaert tiendra une Assemblée générale des actionnaires ce mercredi. La mise en paiement du dividende est quant à elle prévue pour lundi prochain.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés