Chute de 10 milliards des recettes fiscales au premier semestre

La fermeture des magasins non alimentaires suite au coronavirus a fait chuter les recettes de la TVA. ©Kristof Vadino

Malgré la reprise partielle de juin, la crise du coronavirus a entraîné une forte baisse des recettes fiscales, en particulier au niveau de la TVA.

La grave récession provoquée par la pandémie de coronavirus a fait s’effondrer les recettes fiscales. Selon les chiffres du SPF Finances, elles n’ont rapporté que 46,8 milliards d’euros au cours des six premiers mois de l’année, ce qui représente une baisse de 9,9 milliards d’euros (-17,4%) par comparaison au premier semestre 2019. Presque toutes les rentrées fiscales importantes se sont contractées.

Les revenus de la TVA ont chuté de 2,8 milliards d’euros à cause de la baisse de la consommation des ménages et le remboursement accéléré du trop-perçu. Entre mi-mars et début mai, les magasins non alimentaires sont restés fermés et le secteur horeca n’a repris ses activités que début juin. Le confinement a donc empêché les consommateurs de dépenser leur argent.

46,8
milliards €
Les recettes fiscales ont rapporté 46,8 milliards d'euros au premier semestre, soit une baisse de 9,9 milliards d'euros par rapport au premier semestre de 2019.

La clôture annuelle de l’impôt des sociétés (extrait de rôle) a rapporté 2,3 milliards d’euros en moins étant donné que pour aider les entreprises, l’administration fiscale a décidé de reporter les délais de paiement de deux mois.

Les paiements anticipés reculent également (-2,2 milliards d’euros). Autre mesure de soutien des entreprises: le gouvernement a relevé l’avantage fiscal sur les paiements anticipés des troisième et quatrième échéances. Il sera donc plus intéressant pour les entreprises d’effectuer des paiements anticipés en octobre et décembre qu’en avril ou juillet. Enfin, les droits d’accise, le précompte professionnel et le précompte mobilier sont également en baisse.

Pour le fisc, le pire est probablement passé

En avril et mai, les revenus fiscaux ont baissé de 46% par rapport à l’an dernier. L’activité économique a atteint le creux de la vague et le gouvernement a accordé des reports de paiement de la TVA et du précompte professionnel en mars, avril et mai.

La reprise progressive de l’économie après le confinement et la fin de plusieurs mesures de soutien ont permis d’amorcer un mouvement de rattrapage. En juin, les revenus fiscaux ont augmenté de 27,7%, soit un peu mieux qu’attendu, car le SPF Finances avait évalué la hausse à "seulement" 19,5%.

+27,7%
En juin, les revenus fiscaux ont augmenté de 27,7%, soit un peu mieux qu’attendu.

Mais ce mouvement de rattrapage n’est que temporaire. Au cours du second semestre, l’activité économique devrait être inférieure à celle de la même période de l’an dernier. Dans son rapport du 17 juillet, le Comité de Monitoring – composé de hauts fonctionnaires – s’attend à ce que les revenus fiscaux baissent de 16,7 milliards d’euros pour l’ensemble de l’année, soit un recul de 14,3%. En mars, le comité s’attendait encore à une hausse des revenus de 1,5 milliard d’euros.

La forte contraction des revenus fiscaux est une mauvaise nouvelle pour le budget. Le Comité de Monitoring s’attend à ce que le déficit budgétaire de 2020 atteigne 52,8 milliards d’euros, ce qui représente 12,3% du PIB, son plus haut niveau depuis 1983. Par conséquent, la dette publique devrait passer de 99% à 122% du PIB.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés