Ecolo propose une allocation universelle pour les jeunes

Rajae Maouane, coprésidente d'Ecolo, a ressorti une promesse de campagne des Verts. ©Dieter Telemans

La proposition d'Ecolo, qui coûterait 3,2 milliards d'euros par an, a d'emblée suscité une levée de boucliers en Flandre.

Face au désarroi vécu par de nombreux jeunes en raison de la crise sanitaire, la co-présidente d'Ecolo Rajae Maouane a remis sur la table, lundi, une proposition que les Verts avaient avancée lors de leur campagne électorale de 2019, à savoir l'octroi d'une allocation universelle pour les jeunes de 18 à 25 ans. "Nous proposons cette allocation, cumulable, pour tous les jeunes, parce qu'ils sont les grands oubliés de cette crise", a-t-elle défendu lundi dans L'Avenir.

"Ni l'accord de gouvernement, ni le budget, n'offrent l'espace pour ouvrir la discussion."
Egbert Lachaert
Président de l'Open Vld

Le montant de cette allocation serait de 460 euros par mois. Elle serait versée aux 1,350 million de jeunes Belges âgés de 18 à 25 ans, ce qui représenterait une dépense de 3,2 milliards d'euros. Un coût non négligeable, reconnaît la co-présidente des Verts pour qui tout est une question de choix politiques. "Nous estimons qu'il faut investir dans les jeunes. La Sécurité sociale, c'est 100 milliards par an. Regardez, on a désinvesti dans les soins de santé, on a fait des choix, on voit ce que cela donne".

460
euros/mois
Le montant de l'allocation universelle proposée par Ecolo serait de 460 euros par mois.

Le président de l'Open-Vld, Egbert Lachaert, partenaire d'Ecolo dans la majorité Vivaldi, a rejeté l'idée d'allocation pour les jeunes. "Chaque parti est libre d'avancer des propositions, mais ni l'accord de gouvernement, ni le budget, n'offrent l'espace pour ouvrir la discussion. Visons plutôt des réformes qui débouchent sur l'emploi et l'entrepreneuriat des jeunes. Cela leur donne des perspectives, ainsi qu'à notre pays."

Stijn Baert, professeur en droit du travail à l'université de Gand (UGent), s'étonne du côté linéaire de la proposition Ecolo qu'il qualifie de "politique de Saint-Nicolas" aux effets "addictifs" et "hallucinogènes".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés