Publicité
mon argent

Enquête difficile autour de l'arnaque au Digipass

©Photo News

Le phénomène touche toute la partie francophone du pays: l'escroquerie au Digipass se répand, les comptes en banque des victimes sont rapidement vidés. Les auteurs sont difficiles à arrêter. Comment ne pas se faire avoir?

Les escroqueries au Digipass ont donné lieu à l'ouverture de 79 notices rien qu'en Brabant wallon en 2017. Il y a également eu plus de 100 notices ouvertes à Bruxelles, 82 à Liège, 70 en Hainaut, 60 à Namur, 24 dans la province de Luxembourg...

Comment se déroulent ces escroqueries? Les auteurs parviennent à convaincre les victimes d'effectuer sur leur Digipass des manœuvres qu'ils leur dictent par téléphone.

Les enquêtes sont difficiles: les auteurs se présentent au nom d'organismes officiels (Commission européenne, SPF économie, opérateurs téléphoniques...) et utilisent des numéros nationaux qui sont en réalité loués et sous-loués à certaines sociétés. Les comptes en banque des victimes sont rapidement vidés mais les flux d'argent sont difficilement traçables, passant par des plateformes en ligne. Un travail de la police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles a cependant permis d'identifier des auteurs et de les localiser. Mais ces auteurs se trouvent à l'étranger.

"Ils se trouvent dans un Etat avec lequel la collaboration en matière policière et judiciaire est difficile, et qui n'extrade pas ses nationaux. Le dossier est toujours en cours et des accords ont pu être trouvés pour les poursuivre non sur base des faits d'escroquerie commis au préjudice des victimes belges, mais pour des faits de blanchiment", indiquent les représentants de la police judiciaire fédérale.

Moralité? Il ne faut jamais communiquer les codes de sécurité d'une carte. Ni le code PIN ni les codes générés par un lecteur de carte...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés