Publicité

Enquête sur une vague d'arnaques aux diamants

Certaines sociétés vous proposent d’acheter des diamants, vantant des rendements plus élevés que ceux proposés par les banques. Mais une fois l’argent versé, l'investisseur n'en revoit plus la couleur... Le parquet fédéral enquête sur une vague d'arnaques de ce genre. ©AFP

Une seule et même bande, implantée en France et au Danemark, est soupçonnée d’avoir escroqué des dizaines d’investisseurs belges qui rêvaient d’un investissement fiable à 8% de rendement dans les diamants et pierres précieuses. Le préjudice provisoire est évalué à 2,6 millions d’euros.

Le parquet fédéral vient de décider d’unifier toute une série de dossiers disséminés à travers la Belgique concernant des escroqueries aux ventes de diamants et de pierres précieuses. Confirmée par une porte-parole, la fédéralisation des dossiers va permettre d’accélérer le tempo pour la recherche des auteurs des méfaits, qui se trouvent toujours dans la nature et probablement à l’étranger, en France et au Danemark.

Un juge d’instruction a été désigné à la suite d’une constitution de partie civile. L’enquête est ouverte pour faux en écriture, abus de biens sociaux, escroquerie et blanchiment. L’enquête a été confiée à la police judiciaire fédérale de Bruxelles, assistée par leurs collègues liégeois.

• Que s'est-il passé? Les faits remontent à l’année 2017 et au début de 2018. Sur internet, un groupe proposait, via un site internet, un investissement dans le diamant, garantissant un rendement de 8 à 9%, bien supérieur à ce que les banques proposent. Attirés par l’appât du gain, plusieurs dizaines de Belges ont effectué des virements sur le compte danois de la société.

©AFP

Résultat, une vingtaine de Belges ont déposé plainte à travers le pays après avoir effectué un virement sans recevoir les diamants en retour. Et quand ils appellent au téléphone la société en question, personne ne répond. Ou pire: le numéro est dorénavant attribué à une société de nettoyage.

Des dossiers ont été ouverts à Bruxelles, mais aussi Namur, Charleroi, Marche-en-Famenne, Huy et Anvers. Selon une source proche du dossier, les enquêteurs soupçonnent l’existence d’une seule et même bande pour la grande majorité des faits, notamment parce qu’apparaît le même compte bancaire danois sur lequel les victimes devaient effectuer leurs virements.

©AFP

• Qui a été victime de l'arnaque? Le profil des victimes réalisé par le parquet fédéral correspond à celui de personnes disposant d’un capital assez important.

Quelles sommes sont en jeu? A l’heure actuelle, le préjudice global est évalué à 2,6 millions d’euros. Quelques victimes ont perdu une véritable fortune: deux d’entre elles se sont fait respectivement dépouiller de 745.000 et 550.000 euros. La plupart des autres ont perdu, en moyenne, plusieurs dizaines de milliers d’euros. Les autorités cherchent encore à vérifier s’il y a eu d’autres victimes non encore déclarées.

La CTIF a également émis quelques signalements, ce qui a permis de saisir 454.000 euros sur les comptes des suspects. Ces derniers n’ont cependant pas été formellement identifiés, ni donc interpellés. Selon nos informations, les suspects ont également fait des victimes en France. Des commissions rogatoires internationales sont à attendre.

La FSMA, l’Autorité des marchés financiers, avait à deux reprises, en 2017, publié des mises en garde contre l’investissement dans les pierres précieuses. Contactée par nos soins, elle fait savoir que cette vague de faits a largement diminué à la mi-2018.

La FSMA donne ces mesures de prudence pour éviter d'être victime de ces actes frauduleux:


→ Méfiez-vous des promesses de gains hors de toute proportion

→ Méfiez-vous des appels téléphoniques ou mails non-sollicités

→ Vérifiez toujours l'identité de la société. Sans identification claire, n'accordez pas votre confiance

→ Exigez des informations claires de votre interlocuteur

→ Lire l'intégralité des documents fournis

→ Ne prenez pas pour argent comptant les informations de ces sociétés

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés