Flambée des prix au rayon frais

Tandis que l'inflation reste basse, le deuxième trimestre affiche une hausse des prix alimentaires plus importante que les années précédentes. ©Pierre HAVRENNE/PACHACAMAC

L'inflation des produits alimentaires atteint 3,2% au deuxième trimestre. Malgré le déconfinement, elle ne faiblit pas.

Depuis plusieurs mois, l'inflation alimentaire est à la hausse. Si l'augmentation est plus forte cette année, certains produits sont plus touchés que d'autres. Il ne faut donc pas tous les mettre dans le même panier.

La hausse des prix importante vient principalement des produits alimentaires frais et non-transformés (fruits, légumes, poisson, viande). Ils affichent une hausse de 6,1% par rapport à la même période l'an dernier, alors que le reste de l'alimentaire n'indique que 2,1% d'inflation.

"La hausse de l’inflation de ces derniers mois est surtout causée par la diminution des récoltes à cause des mauvaises conditions climatiques."
Wendy Schelfaut
Porte-parole de Statbel

Un climat difficile et des récoltes mauvaises ont fait augmenter le prix des fruits et légumes de respectivement 16,0% et 8,4%, selon Statbel. Les conditions climatiques seraient responsables de la hausse des prix d'autres produits alimentaires, comme par exemple les moules.

Mais si le Covid-19 n'est pas le premier responsable de cette hausse, une autre maladie a joué un rôle important: La peste porcine africaine a causé une diminution de l'offre de viande de porc et donc une augmentation de son prix.

Le Covid-19 co-responsable

La crise sanitaire aurait eu un impact sur les prix alimentaires. Pointée du doigt, l'interdiction des réductions serait parmi les responsables de la hausse des prix, selon l'Institut des comptes nationaux. Depuis le 18 mars, une interdiction puis un report des soldes en grandes surfaces a empêché une réduction des prix alimentaires.

Dans certaines situations, c'est le manque de main-d’œuvre disponible qui a contracté l'offre. "Il est possible que la crise sanitaire ait amplifié cette hausse des prix, comme pour les crevettes grises par exemple, pour lesquelles (...) se sont ajoutés des problèmes de main-d'oeuvre, au Maroc, pour le décorticage", rappelle l'Observatoire des prix.

+39,7%
L'inflation des fruits de mer a atteint +39,7% en juillet

Les crevettes grises sont plus populaires en Belgique que chez les pays voisins. Alors quand leur prix augmente, l'impact sur l'inflation est plus important.

Malgré la hausse des prix alimentaires, la Belgique présente un taux d'inflation relativement bas. Certains produits et secteurs ont eux connus des inflations. "Les médicaments, le gaz naturel, les voyages à l’étranger et les city trips, les légumes (frais et non-frais, NDLR) et les loyers privés ont, par contre, exercé un effet baissier sur l'indice", explique Statbel.

Avec le déconfinement, l'inflation a augmenté légèrement, mais il ne faut pas s'attendre à ce que les effets climatiques s'estompent.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés