Publicité

"Il faut tout faire pour passer ce cap difficile" (Pierre Wunsch, BNB)

Pierre Wunsch: "Les États doivent agir de manière ambitieuse". ©BELGA

Pour Pierre Wunsch, le gouverneur de la BNB, les États doivent se montrer ambitieux. L'objectif de revenir à un déficit budgétaire de 1% en Belgique peut être mis en parenthèses pour l’instant.

De retour de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort, Pierre Wunsch, le gouverneur de la Banque nationale de Belgique (BNB), explique à L'Écho que la crise est d'abord une crise sur le front sanitaire, avec une grande incertitude sur sa durée. "Aujourd'hui, si des magasins ou des restaurants ferment leurs portes, la politique monétaire ne peut guère leur venir en aide à très court terme. Ce qui est important dans ce contexte, c'est la réaction des États. Il faut profiter des clauses de flexibilité au niveau européen. Les États ne doivent pas hésiter à agir avec des mesures temporaires, mais qui sont ciblées et ambitieuses" dit-il. 

"Au cours des derniers mois, j’ai répété que nous avions un problème budgétaire en Belgique et qu’il fallait revenir à un déficit budgétaire de 1%. Cet objectif peut être mis en parenthèses pour l’instant. Tout doit être fait pour passer le cap difficile actuel."   

"Si toutes les banques maintiennent leur niveau de crédit et si les Etats prennent des mesures, l’économie pourra redémarrer le moment venu."
Pierre Wunsch
Gouverneur de la BNB

La mission de la BCE, poursuit-il, est d'aider à passer ce cap afin que l’économie redémarre le plus rapidement quand l’épidémie sera sous contrôle. "Il faut que le moins de gens perdent leur job et que le moins d'entreprises fassent faillite. Dans ce contexte, il faut s'assurer que les banques peuvent continuer à prêter aux ménages et aux entreprises. D'où les différentes mesures prises par la BCE ce jeudi." 

Réaction des marchés à relativiser

"Nous avons mis le paquet sur des instruments de liquidité" explique Wunsch. "C’est vrai que le taux de dépôt n'a pas été abaissé en tant que tel, parce que nous pensions que ce n’était pas l’instrument le plus adéquat. Mais pour les banques qui maintiennent le crédit aux entreprises, elles pourront se financer à -0,75 point auprès de la BCE."   

"Si toutes les banques maintiennent leur niveau de crédit et si les États prennent des mesures, l’économie pourra redémarrer le moment venu." Pierre Wunsch souligne encore que le taux de dépôt (-0,50 point actuellement) pourrait être abaissé si cela s'avérait nécessaire.

Si la réaction des marchés a été négative après la décision de la BCE, le gouverneur tient à relativiser. Il souligne que la réaction des marchés avait été également négative après la baisse des taux de la Réserve fédérale américaine et de la Banque d'Angleterre. "Ce que les marchés regardent d'abord, c'est la propagation de l'épidémie et les fermetures prévues dans les différents pays. Et sur cela, nous n’avons aucun contrôle."

Va-t-on vers une récession? "La probabilité d'avoir une croissance négative en Belgique au deuxième trimestre est élevée" dit-il. "Mais si l'activité redémarre ensuite, ce ne sera pas dramatique".      

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité