Krugman loue la méthode belge face à la néerlandaise

Le Prix Nobel de l'Economie, Paul Krugman considère que la "Belgique a été mieux servie par la paralysie politique que les Pays-Bas très unis dans leur détermination à faire exactement ce qu’il ne faut pas faire"

On connaît le credo de Paul Krugman, Prix Nobel d’Économie: trop de "Gens Très Sérieux" sont envoûtés par le culte de l’austérité, par cette croyance selon laquelle les déficits budgétaires sont le danger le plus immédiat, et non le chômage, et que la réduction des déficits résoudra les excès du secteur privé. Fidèle à ses convictions, Krugman enfonce le clou dans sa dernière chronique, dans le New-York Times, en comparant la situation économique de la Belgique et celle des Pays-Bas.

Dette publique, chômage… Krugman arrive à la conclusion que "oui, la Belgique paye des taux d’intérêt légèrement plus élevés mais pas tant que ça depuis que la BCE a commencé à faire son travail en tant que prêteur de dernier recours". Ironique, il rajoute: "difficile d’échapper à l’impression que la Belgique a été mieux servie par la paralysie politique que les Pays-Bas très unis dans leur détermination à faire exactement ce qu’il ne faut pas faire". Comprenez tout miser sur l’austérité.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés