Publicité

L’économie belge a renoué avec la croissance au premier trimestre

"L’activité économique n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant la crise", selon les experts de la Banque nationale. ©Photo News

Le PIB belge a progressé de 0,6% au premier trimestre, ce qui est une bonne surprise. La reprise est emmenée par l'industrie.

Au premier trimestre 2021, l’économie belge a progressé de 0,6% par rapport au trimestre précédent, d’après une première estimation fournie par la Banque nationale de Belgique (BNB). Par rapport au premier trimestre 2020, qui s’inscrivait déjà dans le contexte de la crise du Covid-19, l’économie s’est contractée de 1,0%. "L’activité économique n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant la crise", souligne la BNB.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) de 0,6% fait suite à une légère contraction de 0,1% au quatrième trimestre 2020, lorsque la deuxième vague de contaminations avait touché notre pays. Ce qui constituait déjà en soi une bonne surprise. Avant cela, on avait eu une contraction de l’économie de 11,9% au deuxième trimestre 2020, suivie d’une reprise de 11,8% au troisième trimestre, durant la période estivale.

"Les entreprises reconstituent leurs stocks. Il y a des pénuries de tout et partout."
Philippe Ledent
Economiste chez ING

Ce nouveau chiffre de 0,6% de croissance au premier trimestre masque aussi des disparités selon les secteurs. Ainsi, la croissance a atteint 1,3% dans l’industrie, mais elle a stagné à 0,1% dans la construction et à 0,2% dans les services.

Pour Philippe Ledent, économiste chez ING, si la quasi-stagnation dans les services et la construction était largement attendue, l'industrie constitue la bonne surprise. "On sait que le secteur se porte mieux, il suffit d'observer les indicateurs, comme le PMI ou le prix du transport international. Les entreprises reconstituent leurs stocks. Il y a des pénuries de tout et partout, pas que pour les semi-conducteurs, mais aussi pour les plastiques, le bois, etc."

L'autre bonne surprise, c'est que le Brexit n'a pas produit le retour de flamme redouté. Philippe Ledent: "Beaucoup d'entreprises avaient anticipé le Brexit au quatrième trimestre 2020 en faisant du stock. On s'attendait à un retour de balancier au premier trimestre, mais celui-ci n'a pas eu lieu. Peut-être cet effet a-t-il été plus que compensé par la demande en provenance d'Asie et des États-Unis."

De bon augure

Sachant que le PIB belge est souvent précurseur pour le reste de la zone euro, tout cela est plutôt de bon augure pour la suite. "Pour peu que l'on parvienne à faire plier la pandémie, l'effet positif sera quasi immédiat sur les services", prédit Philippe Ledent.

"Il faudra attendre 2022 avant d'avoir récupéré le niveau d'avant-crise."
Philippe Ledent
Economiste chez ING

Mais il ne faudrait pas non plus minimiser le choc que l'économie vient de subir. "Au quatrième trimestre 2020, le PIB belge était 5% en dessous du niveau d'avant-crise. Avec le résultat positif du premier trimestre 2021, il reste toujours 4,4% à remonter. Il faudra sans doute attendre 2022 avant d'avoir tout récupéré", selon Ledent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés