L'économie circulaire commence à faire son chemin en Belgique

©Jonas Lampens

L'économie circulaire emploie désormais 262.000 personnes en Belgique dans des domaines aussi variés que la gestion des déchets, la réparation, les énergies renouvelables, la location, l'ingénierie ou les technologies numériques.

L’économie circulaire est un secteur d’activité important, gros pourvoyeur d’emploi. Elle représente 7,5% de l’emploi total en Belgique, soit 262.000 postes de travail. Cela va de cordonnier à ingénieur dans un parc éolien en passant par installateur de panneaux solaires ou gestionnaire de plateformes de covoiturage. Preuve de l’importance acquise par ce nouveau secteur, l’économie circulaire est mentionnée dans la déclaration de politique générale du gouvernement wallon ainsi que dans celles du gouvernement de la Communauté française et du gouvernement bruxellois.

La Fondation roi Baudouin et l'ASBL néerlandaise Circle Economy ont dressé un état des lieux de ce secteur en plein essor.

L’économie circulaire valorise au maximum les ressources et matériaux en les réintégrant dans le circuit de production.

Mais au fait, c’est quoi l’économie circulaire? Le terme s’oppose à l’économie "linéaire" qui consiste à extraire (des ressources), fabriquer (des produits) puis rejeter (des déchets). L’économie circulaire, elle, valorise au maximum les ressources et matériaux en les réintégrant dans le circuit de production. Ce qui permet d’éviter les gaspillages.

Trois profils d’emplois

Les emplois dits "circulaires" se répartissent en trois catégories. Premièrement, il y a ceux qui se rapportent aux activités circulaires de base. Ces activités utilisent les matières premières en circuit fermé et constituent ainsi le cœur de l’économie circulaire. Il s’agit, notamment, des emplois dans les secteurs des énergies renouvelables, de la réparation, de la gestion des déchets et des ressources. Ils représentent 32% des emplois circulaires.

8,1
pour cent
C'est Bruxelles qui compte proportionnellement le plus d’emplois circulaires, soit 58.000 ou 8,1% de l’emploi total de la région. En Flandre, c’est 7,5% et en Wallonie 6,8% de l’emploi total qui sont concernés.

Deuxièmement, il y a les emplois qui se rapportent aux activités circulaires porteuses. Ils favorisent l’accélération et le développement des activités circulaires de base et forment les activités supports de l’économie circulaire. Il s'agit des emplois dans les secteurs de la location, de l'ingénierie et des technologies numériques qui ont un lien avec la circularité. Ils représentent 25% des emplois circulaires.

Troisièmement, il y a les emplois "indirectement" circulaires. Ce sont les emplois qui soutiennent les emplois directement circulaires: éducation, logistique et secteur public, par exemple. Ils représentent 43% des emplois circulaires.

Bruxelles en tête

Au niveau des régions, Bruxelles compte proportionnellement le plus d’emplois circulaires, soit 58.000 ou 8,1% de l’emploi total de la région. En Flandre, c’est 7,5% et en Wallonie 6,8% de l’emploi total qui sont concernés.

En Wallonie, 56.000 emplois sont circulaires. Comme dans le reste du pays, les secteurs du numérique et de la conception sont les plus porteurs.

À Bruxelles, le secteur de la gestion des déchets et des ressources génère plus de 4.000 emplois (7% du nombre total d’emplois circulaires). Outre la gestion des déchets, Bruxelles propose des initiatives innovantes de valorisation des déchets-ressources. La Région bruxelloise accueille un grand nombre et une grande diversité d’activités circulaires à petite échelle.

En Flandre, on dénombre 148.000 emplois circulaires, dont 30.000 en rapport avec la gestion des déchets et des ressources, 20.000 dans les activités de réparation (voitures, électroménager, etc.), 25.000 dans les technologies numériques et 7.000 dans le secteur de la conception. Pour ces deux dernières catégories, les emplois se situent dans des grandes entreprises technologiques bien connues, mais aussi dans des entreprises technologiques numériques créées dans le seul but de soutenir l'économie circulaire. Anvers et Gand constituent des pôles d’emplois importants pour l’économie circulaire.

En Wallonie enfin, 56.000 emplois sont circulaires. Comme dans le reste du pays, les secteurs du numérique et de la conception sont les plus porteurs. Le numérique crée 6.000 emplois circulaires, surtout dans le Brabant wallon. Le secteur de la conception et de l’ingénierie représente 2.500 postes concentrés à Namur, Charleroi et Liège.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect