L'économie wallonne a la pêche

Jean-Pierre Delwart, patron de l'UWE.

La dernière enquête de conjoncture de l'Union Wallonne des entreprises montre une consolidation de la croissance. En 2010, le sud du pays devrait enregistrer une croissance de son PIB de 1,9%. Dans les six prochains mois, l'embellie se maintiendra, mais ne progressera plus.

La reprise économique semble amorçée en Wallonie. C'est ce qu'a expliqué mercredi matin l'Union wallonne des entreprises en présentant sa nouvelle enquête conjoncturelle. "2009 aura été la pire année pour l’économie globale depuis la seconde guerre mondiale. De son côté, 2010 sera clairement l’année de la reprise", explique la fédération patronale wallonnne, qui estime que la Wallonie a su profiter de l'embellie économique.

D'après ses prévisions, la croissance devrait atteindre 1,9% en 2010, contre 1,8% pour la zone euro. Le consensus pour la Belgique tourne actuellement autour de 1,8 à 1,9 % de croissance du PIB. L'UWE le place, elle, à 2,1%.

Si la croissance économique s'est raffermie depuis le début de l'année 2010, la reprise reste malgré tout timide. L'UWE estime en effet qu'en raison d’un tassement de l’activité mondiale et d’une consommation intérieure encore faible, la situation devrait se tasser dans les six prochains mois. En effet, 50% des entrepreneurs wallons prévoient une stabilisation de leurs activités dans les 6 prochains mois. La consommation des ménages ne devrait pas non plus connaître d’amélioration en Wallonie.

Sur base de ces éléments, l’UWE prévoit pour l’année 2011, une croissance modérée aux alentours de 1,8%, en Wallonie et de 1,6% pour la zone euro.

Le taux de chômage en Wallonie, bien qu’en hausse, n’a cependant pas atteint son sommet de 2004, ce qui témoigne d’une meilleure réactivité que par le passé. 56% des entreprises affirment néanmoins avoir rencontré des difficultés à recruter du personnel au cours des 6 derniers mois, malgré le nombre élevé de demandeurs d’emploi.

"Dans ce contexte, l’économie wallonne devra miser sur son propre dynamisme pour compenser son retard structurel et mettre définitivement la crise derrière elle", explqiue l'UWE dans un communiqué. "Ceci passera principalement par un marché de l’emploi plus efficace et par des exportations davantage tournées vers les pays émergents".

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés