La confiance des chefs d'entreprise bombe le torse en octobre

©BELGA

Selon le baromètre de conjoncture de la Banque nationale de Belgique, la confiance des patrons a sensiblement progressé en octobre, après trois reculs consécutifs. Tous les secteurs ont le vent en poupe avec une mention particulière pour les services aux entreprises et l'industrie manufacturière.

Changement de tendance dans le baromètre mensuel de conjoncture publié par la Banque nationale de Belgique (BNB). Après trois mois successifs de repli, la confiance des chefs d'entreprises s'est reprise pour le mois d'octobre.

Le climat des affaires s’est renforcé dans les quatre branches d'activité interrogées. L’amélioration a été la plus prononcée dans les services aux entreprises et l'industrie manufacturière.

Le point par secteur:

  • Effaçant pour près de moitié la vive baisse du mois dernier, le rebond de confiance dans les services aux entreprises a été soutenu par des prévisions nettement plus positives au sujet de l’activité propre des firmes et, dans une moindre mesure, en termes de demande générale du marché.
  • Dans l’industrie manufacturière, le raffermissement est surtout imputable à une importante révision à la hausse de l’appréciation portée sur le niveau des stocks et, de manière plus limitée, à des prévisions d’emploi plus optimistes ainsi qu’à une estimation plus favorable du carnet de commandes total.
  • Quant au commerce, les chefs d'entreprise tablent principalement sur un accroissement du personnel et des commandes auprès des fournisseurs.
  • Dans la construction, enfin, la légère augmentation s’explique uniquement par un renforcement du carnet de commandes par rapport au mois dernier.
©BNB

Influencée par les dégradations conjoncturelles des mois précédents, la courbe synthétique globale lissée est désormais orientée à la baisse malgrè la hausse pour le mois d'octobre. Les résultats de l’enquête trimestrielle relative aux capacités de production dans l’industrie manufacturière font état d’un fléchissement du taux d’utilisation, à mettre en lien avec l’affaiblissement conjoncturel des trois mois passés. Correction faite des variations saisonnières, le taux d’utilisation des capacités de production s’établit ainsi à 78,7 % en octobre, contre 79,6 % en juillet.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés