La confiance patronale au plus haut depuis… 1980

L'industrie et les services aux entreprises ont repris leurs activités, boostant la confiance des entrepreneurs. ©Valentin Bianchi / Hans Lucas

Le baromètre de la Banque nationale a atteint un sommet historique, confirmant une probable reprise rapide de l'économie.

Le baromètre de conjoncture de la Banque nationale de Belgique (BNB) a atteint au mois de juin un sommet historique de 9,8 points, soit son niveau le plus élevé depuis 1980, première année de l’indicateur dans sa composition actuelle.

Cet optimisme est à mettre sur le compte de la levée des mesures de restrictions, à mesure que le risque sanitaire diminue, ainsi que des intentions du gouvernement en matière de relance de l’économie.

5,5%
prévisions croissance 2021
La BNB anticipe une croissance du PIB de 2% au troisième trimestre, ce qui laisse augurer une croissance de 5,5% pour 2021.

À l’exception de la construction, où la confiance est quelque peu retombée en juin pour la première fois après cinq mois de hausse ininterrompue, le climat des affaires s’est amélioré dans toutes les branches d’activité sondées (industrie manufacturière, commerce, services aux entreprises).

La courbe synthétique globale, qui reflète la tendance conjoncturelle sous-jacente, poursuit sur la voie ascendante sur laquelle elle s’est engagée il y a tout juste un an, en juin 2020.

La confiance des consommateurs est tout aussi bien orientée, puisque le baromètre mensuel affiche un niveau que l’on n’avait plus atteint depuis mars 2001.

Ces résultats ne font que confirmer les récents signaux d’une reprise économique qui s’accélère. Dans ses dernières prévisions, publiée le 14 juin, la Banque nationale anticipe une croissance du Produit intérieur brut (PIB) de 2% au troisième trimestre, ce qui laisse augurer une croissance de 5,5% pour 2021. C’est mieux que la moyenne de la zone euro (4,6%). En 2022, on devrait encore avoir 3,3% de croissance avant de revenir à 1,6% en 2023.

D’après la BNB, l’économie belge aura retrouvé fin 2021 le niveau de PIB de fin 2019, soit six mois plus tôt que prévu.

Tensions au niveau de l’offre

85%
Parmi les entreprises qui engagent, 85% affirment trouver difficilement du personnel.

Cette reprise risque cependant d’entraîner des tensions au niveau de l’offre. Dans une enquête publiée ce jeudi, la Fédération des patrons flamands (Voka) indique que le principal souci des entreprises en ce moment, ce sont les pénuries de main-d’œuvre et l'accès aux matières premières.

Parmi les 70% d'entreprises qui engagent, 85% affirment trouver difficilement du personnel. Et deux tiers des entreprises (67%) doivent faire face à des problèmes d’approvisionnement, que ce soit en matières premières ou en composants divers.

Ces tensions pourraient générer des hausses de prix et, à terme, de l’inflation. Or qui dit inflation en Belgique, dit indexation automatique, y compris des salaires. "Ce qui pourrait mettre à mal la compétitivité des entreprises", prévient Hans Maertens, administrateur-délégué du Voka.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés