Publicité

La confiance patronale minée par les problèmes d'approvisionnement

Certaines chaînes de production ont dû être mises à l'arrêt, faute d'approvisionnement en pièces. ©BELGAIMAGE

C’est la première fois depuis avril 2020 que le baromètre de la Banque nationale de Belgique faiblit deux mois d’affilée.

La confiance des chefs d’entreprise en Belgique s’est contractée pour le deuxième mois d’affilée. C’est la première fois depuis avril 2020 et le début de la pandémie que le principal indicateur de la Banque nationale de Belgique (BNB) faiblit deux mois de suite.

-6
points
Entre juillet et septembre 2021, l’indice synthétique a chuté de 6 points, passant de +10,1 à +4 points.

Entre juillet et septembre 2021, l’indice synthétique a chuté de 6 points, passant de +10,1 à +4 points.

L’érosion de la confiance patronale est principalement imputable à l’industrie manufacturière et aux services aux entreprises. Les chefs d’entreprise "émettent un jugement moins favorable concernant leur carnet de commandes et le niveau de leurs stocks", explique la BNB.

Ce constat renvoie aux tensions importantes au niveau de l’offre, avec des difficultés d’approvisionnement et des pénuries de matières premières et de composants. Ainsi par exemple, la production a été stoppée pendant quatre jours fin août à l'usine Volvo Trucks à Gand. En cause, une pénurie de puces électroniques.

La confiance en septembre continue en revanche de progresser dans le commerce et, dans une moindre mesure, dans la construction.

"La reprise de la conjoncture allemande est freinée par des problèmes d'approvisionnement en matières premières et produits primaires."
Ifo

En Allemagne aussi

Le fléchissement de la confiance patronale se vérifie également en Allemagne où l’indice Ifo (du nom du principal institut de conjoncture outre-Rhin) vient de baisser pour le troisième mois d’affilée. "La reprise de la conjoncture allemande est freinée par des problèmes d'approvisionnement en matières premières et produits primaires. Ce goulet d'étranglement est à l'origine d'une récession dans l'industrie allemande", indique l’Ifo.

Si les commerçants allemands se disent un peu plus satisfaits de la situation actuelle, ils se déclarent en revanche plus pessimistes concernant les mois à venir. "Une forte majorité d’entre eux fait état de problèmes de livraison au niveau de l'approvisionnement", note encore l’Ifo.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés