La dette belge en route vers les 100% du PIB

©REUTERS

Fort de ses prévisions économiques de printemps, l'exécutif européen confirme la chute du déficit public belge et de sa dette.

Le déficit public belge devrait fortement chuter d'ici 2019, confirme la Commission européenne dans ses prévisions économiques de printemps. Le déficit structurel remonterait légèrement autour de -1,7% l'an prochain. La dette devrait, elle, aussi poursuivre sa baisse, pour frôler les 100% du PIB en 2019, soit son plus bas depuis 2011.

Alors qu'il atteignait encore -4,2% du produit intérieur brut (PIB) sur la période 2009-2013 marquée par la crise économique, le solde des administrations publiques a varié de -3,5% à -2,5% de 2014 à 2016. Pour 2017, il devrait avoir chuté à -1,0%, à -1,1% cette année et à -1,3% en 2019.

Quant au déficit budgétaire structurel, il serait de 1,3% en 2017, 1,4% cette année et 1,7% l'an prochain, selon l'exécutif européen, alors qu'il dépassait les 2% de 2014 à 2016.

Le gouvernement a fixé 2020 comme année du retour à l'équilibre budgétaire. Dans ses dernières prévisions économiques d'hiver, la Commission retenait toujours des déficits supérieurs, bien que le gouvernement fédéral eût déjà annoncé début février de plus fortes réductions.

Quant à la réduction de la dette, elle poursuit son cours, étant envisagée à 101,5% du PIB cette année et 100,2% l'an prochain.

La croissance, pour sa part, devrait rester soutenue sans vraiment décoller, à 1,8% cette année et 1,7% l'an prochain. Ce faisant, la Belgique se situe dans la droite ligne des prévisions positives annoncées par la Commission pour la zone euro ainsi que pour l'ensemble de l'Union européenne, même si de nouveaux risques apparaissent.

Les bonnes nouvelles se constatent aussi sur le marché de l'emploi: le chômage est au plus bas depuis dix ans dans la zone euro: un taux de 8,4% y est prévu cette année (6,4% pour la Belgique).

La France va sortir de la procédure pour déficit excessif

La France est "en bonne position" pour sortir de la procédure pour déficit excessif ouverte contre elle depuis 2009 car son déficit devrait rester inférieur à 3,0% de son PIB en 2018 et 2019, a estimé le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici. Après 2,6% en 2017, le déficit français atteindra 2,3% en 2018, puis 2,8% en 2019, estime l'exécutif européen dans ses prévisions de printemps.

C'est le 23 mai que l'exécutif européen devrait annoncer de manière officielle la sortie de cette procédure, ouverte contre elle en 2009, selon une source européenne.

→ Consultez ici le document consacré à la France

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés