La dette belge est dans les clous, mais...

De gauche à droite: le vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis, la commissaire aux Affaires sociales Marianne Thyssen, et le commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici. ©EPA

La Commission européenne publie un rapport sur la dette publique de la Belgique. Rien à redire pour l'instant, à condition que le gouvernement Michel adopte des mesures budgétaires supplémentaires cette année. L'exécutif européen publie aussi ses recommandations par pays pour l'année 2017. "Nous avons un problème de demande" dans la zone euro, estime Pierre Moscovici.

L'économie européenne ne se porte pas trop mal, c'est donc le moment de réformer, estime la Commission européenne en publiant son traditionnel exercice de "recommandations spécifiques par pays". "Les États membres devraient exploiter la conjoncture favorable offerte par la reprise économique pour mener des réformes structurelles, stimuler l'investissement et consolider leurs finances publiques", indique l'exécutif dans un communiqué sur ces recommandations à l'attention de 27 États membres de l'Union pour 2017 (Grèce, sous programme d'ajustement, exceptée).

Même si l'économie de l'Union comme de la zone euro est relativement résiliente, la Commission épingle une série de difficultés: la faible croissance de la productivité, les effets de la crise, parmi lesquels des inégalités persistantes, et les incertitudes résultant principalement de facteurs externes, subsistent. Pour Pierre Moscovici, le commissaire en charge des Affaires économiques, la faible inflation qui perdure montre que "nous avions probablement un problème de demande dans la zone euro".

C'est donc le moment ou jamais, estime la Commission, pour "stimuler l'investissement, mener des réformes structurelles et mettre en oeuvre des politiques budgétaires responsables".

Mesures budgétaires supplémentaires

L'exécutif européen publie parallèlement un rapport spécifique sur la dette belge."Il n'est pas nécessaire à ce stade d'ouvrir une procédure de déficit excessif" pour la Belgique, indique Pierre Moscovici. Le critère de la dette "doit être considéré comme actuellement rempli" estime la Commission, et ce malgré un endettement public dépassant les 105% du PIB, note la Commission. Mais, souligne la Commission "cette conclusion est subordonnée à l'adoption, en 2017, de mesures budgétaires supplémentaires visant à respecter globalement la trajectoire d'ajustement vers la réalisation de l'objectif à moyen terme pour les années 2016 et 2017 prises ensemble". Pierre Moscovici se dit à ce sujet "très confiant" sur le fait que le gouvernement Michel va agir.

Sophie Wilmès, ministre du Budget, et Johan Van Overtveldt, ministre des Finances. ©Photo News

Pour la ministre du Budget Sophie Wilmès, c'est "un signal rassurant concernant la politique menée par le gouvernement belge". Mais elle ajoute: "Nous sommes toutefois réalistes et concentrés sur le travail qu'il reste à fournir pour confirmer la trajectoire budgétaire fixée et rencontrer le critère de réduction de la dette, comme la Commission nous invite à le faire." Elle poursuit: "Ainsi, le gouvernement a d'ores et déjà prévu de réaliser un deuxième contrôle budgétaire pour cette année afin de garantir le respect de ses objectifs."

La Commission ôte par ailleurs une épine au pied de la Croatie et du Portugal en levant la procédure de déficit excessif dont ces deux pays faisaient l'objet: ils ont ramené leurs déficits dans les clous prévus par les traités (sous les 3% du PIB).

D'une manière générale, les Etats membres suivent assez bien les recommandations de la Commission, même si ce n'est pas toujours visible sur une année: "Au fil du temps, les États membres ont accompli certains progrès dans l'application de deux recommandations par pays sur trois en moyenne, ce qui confirme que d'importantes réformes sont actuellement mises en oeuvre dans l'UE", souligne l'exécutif européen dans un communiqué. C'est en particulier dans les domaines de la gouvernance budgétaire et des services financiers, "qui ont été des sujets préoccupants ces dernières années".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés