Publicité

La FGTB appelle à une "grande manifestation" le 28 janvier

©BELGA

La FGTB prévoit une "action de grande ampleur" en janvier pour mettre la pression sur les négociateurs fédéraux. Principale revendication: la Sécurité sociale, "en danger".

La FGTB s'est réunie ce vendredi et a décidé d'organiser une "grande manifestation" le mardi 28 janvier prochain, nous confirme Nicolas Deprets, porte-parole du syndicat. Il y a quelques jours, le président l'annonçait déjà. "Il y a vraiment un basculement entre Paul Magnette et les nouveaux informateurs royaux. Le peu de mesures de gauche qu'il y avait dans l'accord, si elles disparaissent, ça va poser un vrai problème à la FGTB", expliquait alors Robert Vertenueil.

Robert Vertenueil estime qu'il est temps d'agir. "Devant l’immobilisme politique, quelqu’un doit prendre l’initiative. Nous fêtons cette année les 75 ans de la Sécurité sociale. Devant les défis qu’elle rencontre aujourd’hui et les menaces que certains font planer au-dessus de nos têtes la FGTB veut réaffirmer que la Sécurité sociale, qui est la propriété des travailleurs, doit être renforcée, justement financée et organisée au niveau fédéral."

Cette fois, c'est décidé, la manifestation est donc lancée. Leur principale revendication, on le comprend: la Sécurité sociale. La FGTB appelle les acteurs de la société civile à la rejoindre. "Les mutuelles, les autres organisations syndicales, les CPAS, les réseaux de lutte contre la pauvreté, les jeunes, les associations qui luttent pour les droits des femmes, toutes et tous sont appelés à venir participer à cette manifestation nationale pour exiger que les citoyens soient en tout temps protégés", précise le syndicat socialiste. 

Un préavis de grève sera préalablement déposé et la FGTB s'attend à accueillir plusieurs milliers de personnes. La manifestation démarrera de la gare du Nord mais plus d'informations suivront.

La Sécurité sociale: cheval de bataille

La Sécurité sociale est un cheval de bataille de la FGTB. Elle rencontre beaucoup de défis et elle est fortement menacée par certains, selon les socialistes. Le syndicat entend lancer un vaste chantier autour de la Sécurité sociale, qui est "en danger". Elle se trouve progressivement sous-financée. Mais elle reste le meilleur outil pour lutter contre la pauvreté en Belgique. "C'est un outil efficace mais qui n'a pas aujourd'hui les moyens suffisants pour arriver à bout de la pauvreté", nous explique Nicolas Deprets. Elle est en danger car la couverture sociale qu'elle offre est en train de diminuer, on est en train de la priver de ses sources de financements."

La FGTB souhaite un débat "ouvert et serein" sur les politiques menées dernièrement. 

Mi-novembre, la FGTB présentait 10 pistes pour une Sécurité sociale renforcée et justement financée. Parmi ces pistes, on retrouvait la CSG, la cotisation sociale généralisée. Ce que veut le syndicat socialiste, c’est une réforme de la cotisation spéciale de sécurité sociale en la transformant progressivement en cotisation sociale généralisée.

 

La FGTB qui entend lancer un vaste chantier de réflexions – et peut-être là, plus tard, des actions – autour de la Sécurité sociale, dont notre système va fêter prochainement (le 28 décembre) ses 75 ans. Une Sécurité sociale que le président de la FGTB estime "en danger" pour cause de sous-financement progressif. Pour lui, elle est pourtant "le meilleur outil pour lutter contre la pauvreté en Belgique. Sans elle, le taux de pauvreté atteindrait chez nous les 40%, nous en sommes aujourd’hui avec elle à 15-16%, ce qui est déjà trop. C’est donc bien un outil efficace mais qui n’a pas aujourd’hui les moyens suffisants notamment pour arriver au bout de cette pauvreté. Elle est en danger oui, car la couverture sociale qu’elle offre à chacun est en train de diminuer, car on est en train de la priver de ses sources de financements".

Robert Vertenueil plaide dès lors un débat global, ouvert et serein, sur "les politiques menées récemment de réduction des cotisations sociales, ces salaires qui éludent les cotisations - et d’épingler les mesures de soutien, par exemple, au 1er emploi, qui coûterait 1 milliard à l’horizon 2024 -, il faut un débat serein et sérieux. Ces politiques sont-elles efficaces ? Personnellement, j’ai des doutes. Débat sur l’ampleur avec laquelle ces mesures la privent de revenus. Je n’ai pas dit qu’il fallait toutes les supprimer, mais cela vaut débat et inventaire". Et de plaider au final sur de possibles nouvelles sources de financement. Et là, la FGTB vient avec sa "petite" dernière idée en date : "la cotisation générale globale", sorte de nouvelle cotisation spéciale de solidarité au profit de la Sécurité sociale, dans la lignée en quelque sorte du Pacte social de Solidarité de décembre 1944 à la fin de la guerre. Ce qui ne manquera pas de faire l’objet de nombreux autres débats…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés