La prépension serait encore possible à 58 ans, vraiment?

Les libéraux flamands ne veulent pas d'un assouplissement par rapport au "jobsdeal". "Ce n'était pas l'accord. Ce n'est pas avec un marché de l'emploi aussi tendu que l'on se passe des gens à 58 ans", a tweeté la présidente du parti, Gwendolyn Rutten. ©BELGA

Le projet d'accord interprofessionnel a été concocté par les syndicats et le patronat. Son parcours a été houleux, mais est loin d'être terminé. Le gouvernement devra bien, à un moment, se pencher dessus. Or, certains éléments contreviennent au jobsdeal. Donc, ça grogne déjà.

D'un côté, nos avons donc (enfin) un projet d'accord interprofessionnel. Ouf. Ce texte doit assurer la paix sociale, entre patrons et syndicats (et donc travailleurs).

Mais de l'autre côté, la Belgique a toujours son fameux jobsdeal, conclu à l'été 2018. Et dans celui-ci il est question de chômage, des prépensions, des fins de carrière...

Et entre les deux, il y a quelques divergences. C'est surtout au niveau des RCC que ça pourrait coincer. Le jobsdeal prévoyait ainsi de resserrer l'accès au nouveau régime des prépensions, le chômage avec complément d'entreprise. Succinctement, il dit que le travailleur doit afficher 41 ans de carrière au compteur pour obtenir ce statut. En cas de restructuration, il faudrait avoir 60 ans (en 2020). Le travailleur prépensionné devrait rester disponible pour le marché du travail jusqu'à 65 (ou 43 ans de carrière) d'ici 2020.

Mais ce qu'ont décidé cette nuit syndicats et patronat est plus favorable au travailleur. Il serait encore possible pendant deux ans et demi d'accéder à la prépension à 59 ans pour les longues carrières et les métiers lourds. Pour les entreprises en difficultés et en restructuration, l'âge de la prépension a été rehaussé et passera de 56 à 58 ans cette année, 59 ans en 2020 et 60 ans fin 2020.  Le régime d'aménagement des fins de carrière reste possible sous certaines conditions à 55 ans ou 57 ans.

À la lecture des détails du projet d'AIP, certains ont vu rouge. C'est assez logique... Gwendolyn Rutten, la présidente de l'Open VLD, estime que ce n'était pas le bon moment pour envisager une telle entorse:

Ce n'était pas l'accord. Ce n'est pas avec un marché de l'emploi aussi tendu que l'on se passe des gens à 58 ans.
Gwendolyn Rutten
Présidente de l'Open VLD

La N-VA, ex-partenaire de la majorité suédoise, s'en prend aussi au point portant sur les RCC puisque cela va à l'encontre de la politique menée par le gouvernement Michel I. "Je pars du principe que le démissionnaire Michel II va s'y opposer et ne va pas revenir en arrière sans majorité au parlement", a lancé le chef de groupe, Peter De Roover.

Même si patronat et syndicats ont réussi à s'accorder et en supposant que la base des syndicats donne son aval au texte, les politiques ont encore la main puisque certains éléments de l'accord final devraient être coulés dans des textes de loi. Or l'Open VLD et la N-VA ne semblent pas prêts à lâcher du lest sur l'âge des prépensions.

Bref, ce n'est encore qu'un projet d'accord... 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect